×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

En exclusivité : l'enquête de l'AFMR sur l'apprentissage montre l'attachement des Maîtres Restaurateurs à cette voie professionnelle

Vie professionnelle - vendredi 18 décembre 2020 12:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

L'Association Française des Maîtres Restaurateurs (AFMR) a réalisé une enquête auprès de ses adhérents pour comprendre l'image de l'apprentissage au sein des Maîtres Restaurateurs. Le président de l'AFMR, Alain Fontaine, nous présente et analyse cette étude qui va servir de base à la demande des Maîtres Restaurateurs de reconduire en 2021 les aides exceptionnelles d'embauche d'apprentis mises en oeuvre cette année par la ministre du Travail, Elisabeth Borne.



Alain Fontaine, président de l'Association Française des Maîtres Restaurateurs.
Alain Fontaine, président de l'Association Française des Maîtres Restaurateurs.

  • Près de 80% des Maîtres Restaurateurs sont maîtres d’apprentissage

Nous sommes de vrais lieux d’apprentissage pour les jeunes, 90% des Maîtres Restaurateurs sont des chefs de cuisine, qui ont tous des diplômes. Nous sommes au cœur de l’apprentissage, dans une logique de perpétrer ce que nous avons appris et d’accompagner. Il peut y avoir des maîtres d'apprentissage dans l'équipe mais la grande majorité préfère tenir aussi ce rôle.

  • Sur les raisons qui motivent les Maîtres Restaurateurs à être maître d’apprentissage, près de 59% évoquent la transmission (de valeurs, de savoir-faire, de savoir-être…)

Nous construisons des femmes et des hommes. Il y a 60 ans, les parents confiaient leurs enfants pour qu’ils réussissent et d’épanouissent dans leur métier. Même si la démarche des parents n’est plus la même, les tuteurs que nous sommes ne s’arrêtent pas au lien administratif. Nous nous engageons moralement avec les jeunes.

  • La moyenne d’embauche est de 2 apprentis par an

C’est une moyenne nationale, sachant qu’il y a beaucoup de petits établissements. 80% sont des petites entreprises familiales.

  • Les principales valeurs transmises par un Maître Restaurateur à un apprenti sont : technique, qualté/amour des produits, passion du métier, rigueur, savoir-faire, respect, savoir-être…

On rejoint la motivation exprimée plus haut, en aidant des jeunes à grandir professionnellement et à se construire humainement.

  • 32% n’ont pas pris de nouvel apprenti depuis la crise du Covid-19

Deux tiers en ont pris mais ce dernier tiers s’explique. Les restaurateurs n’ont pas d’horizon et malgré les subventions qui ont été mises en place pour la première année d’apprentissage pour la rentrée 2020, l’absence de visibilité sur l’avenir a fait basculer la balance. Pour les apprentis, c’est actuellement catastrophique avec des établissements qui ne sont pas prêts de rouvrir…

  • En région (hors Paris et grandes métropoles) 30% ont constaté malgré la crise une pénurie de candidats

Il existe en région de gros problèmes de mobilité. Les entreprises et les CFA sont souvent éloignés des lieux d’habitation des jeunes. Il faut absolument que les régions travaillent à une nouvelle densification des mobilités et ça vaut pour tous les métiers en alternance.

  • 91% seraient favorable à une bourse à l’emploi et à l’apprentissage spécifique aux Maîtres Restaurateurs inter-régionale.

Les tensions sur l’emploi dans notre secteur vont reprendre une fois la crise dépassée. La notion de mobilité, comme je viens de le souligner, est importante. Nous pensons aussi qu’il va falloir réfléchir au logement des apprentis, c’est un dossier que nous allons porter en 2021.

Ce sondage a été lancé auprès de 1 126 Maîtres Restaurateurs adhérents à l’association et a obtenu 310 réponses.

#afmr #apprentissage #maitresrestaurateurs #alternance

 


Sylvie Soubes