×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Terrasses chauffées, un enjeu pas uniquement climatique, édito du journal du jeudi 9 janvier 2020

Vie professionnelle - mardi 7 janvier 2020 09:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Les appareils de chauffage sont désormais bannis des terrasses rennaises au titre de la transition écologique. Cette mesure est-elle justifiée ? Va-t-elle faire boule de neige ? Aucun ténor de la profession ne s’est prononcé jusqu’à présent sur ce sujet alors que d'autres villes, comme Paris, y réfléchissent, et que Thonon-les-Bains l'a voté en 2012. La terrasse fait l’objet de nombreux débats passionnés : esthétisme, nuisances sonores, droits, coûts, autorisation, bail... et elle fait même partie d'une démarche d'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco dans la capitale. Elle participe incontestablement à l’attrait touristique d'un lieu et peut représenter une part importante du chiffre d’affaires d’un café.

L’idée de chauffer les terrasses s’est surtout développée depuis l’interdiction de fumer à l’intérieur des établissements, en 2008. La terrasse s'est transformée progressivement en atout commercial, d’accueil, de prolongement de saison. Certains chauffages, considérés comme dangereux, ont déjà été prohibés. Mais cette fois, les raisons invoquées sont d’ordre énergétique. Non à la déperdition. Cet arrêté de la ville de Rennes a été largement commenté dans les médias grand public, malgré la place occupée par la réforme des retraites et les grèves. Il y a les pour, il y a les contre. Et il y a cette conclusion de Julia de Funès, docteur en philosophie et auteur de l’ouvrage Le développement (im)personnel (éditions de L’Observatoire) dans une tribune pour Figarovox (Le Figaro)  : “Qu’une recherche de solutions alternatives moins énergivores soit envisagée serait un progrès écologique, supprimer juridiquement une liberté au nom du Bien n’est que morale oppressive.”

#Edito #Terrasses


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services