×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Didier Chenet : 'la coupure ne répond plus aux attentes et aux modes de vie des salariés"

Vie professionnelle - lundi 14 octobre 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Nantes (44) Positions fortes autour de la RSE, fidélisation des salariés, remise en cause de la coupure, transition numérique responsable, le GNI sera en congrès les 21 et 22 octobre à Nantes. Deux jours de travaux que nous présentent son président, Didier Chenet.



Didier Chenet nous dévoile les grands axes du congrès 2019.
Didier Chenet nous dévoile les grands axes du congrès 2019.

Le congrès national du GNI 2019 est placé sous la bannière « Responsables, ensemble ! ». Vaste sujet.

C’est le RSE, principe inscrit dans la loi Pacte, qui va guider nos travaux. Nous devons réussir à faire évoluer un certain nombre de comportements. Jusque-là, les négociations sociales, dans notre secteur, concernaient surtout la grille de salaires et le régime de prévoyance. Là, c’est l’engagement à l’échelle des entreprises et leur responsabilité vis-à-vis de leurs salariés dont il va s’agir. L’humain est au cœur de notre métier et c’est cette responsabilité que l’on doit mettre en valeur.

Comment vont s’articuler ces travaux ?

Nous aurons nos traditionnels ateliers techniques, sur le social, la formation, le numérique, le handicap ou encore le développement durable qui sont importants pour les adhérents qui sont alors en contact avec nos spécialistes. Et en parallèle, nous allons organiser des « serious game ». Ce ne seront pas des jeux sur écran, mais sur table, entre professionnels avec d’un côté des restaurateurs et de l’autre des hôteliers. C’est une méthode innovante de sensibilisation aux différents modes d’organisation de la qualité de vie au travail, un format attractif et ludique qui possède une forte capacité pédagogique. Les participants vont ensuite bénéficier d’un débriefing au cours duquel ils seront invités à s’exprimer sur ce qu’ils ont ressenti et qui leur permettra de mieux comprendre les enjeux.

Quels seront les thèmes abordés en plénières ?

Nous avons créé il y a six ans la Mission Handicap et nous souhaitons que ce travail soit porté au niveau de la branche. La Qualité de vie au travail fera également l’objet d’un important focus. L’attractivité de notre secteur en dépend. Il faut accepter de regarder la réalité en face, la coupure, par exemple, ne répond plus aux attentes et aux modes de vie des salariés. Il va falloir imaginer autre chose, peut-être au travers du temps partiel. Les nouvelles générations de salariés ont des aspirations différentes et nos métiers doivent évoluer. La coupure est sans aucun doute la plus grosse contrainte de notre secteur, qui s’est aggravée avec les problèmes de transport et de logement. A nous de réfléchir avec les syndicats de salariés.

Vous parlez aussi de transition numérique responsable ?

Notre secteur d’activité, comme les autres, est en pleine transformation numérique, qui implique de nouvelles règles sur la propriété des données, les commissions, les relations avec les plateformes qui se cachent derrière la notion d’hébergeur... Des plateformes qui risquent fort de se retrouver dépasser par Google… Nous devons aussi obtenir d’avoir, en face de nous, de vrais interlocuteurs. Au GNI, nous l’avons obtenu de Booking. Et il y a la cybersécurité, qui concerne aussi nos chefs d’entreprises.

Quels seront les autres sujets clés de ce congrès ?

Nous devons nous poser d’autres questions. Les livraisons et les cuisines fantômes sont-elles compatibles avec l’activité d’un restaurateur traditionnel ou dans quelles mesures ? En 2024, la loi prévoit des taxes sur les bio-déchets. La profession doit anticiper dès maintenant ce à quoi elle va être confrontée. Nous travaillons à la création d’une filière de valorisation des bio-déchets pour la branche. Cette filière permettrait la création de 60 000 emplois directs avec, à la clé, 3 millions de foyers alimentés à l’énergie propre. Mais il faut que l’Etat nous accompagne, la collecte a un coût qui ne doit pas être un frein.

9 organisations professionnelles (non CHR) ont déposé une requête en annulation devant le Conseil d’Etat contre le bonus-malus, votre avis ?

Nous ne sommes pas dans cette démarche, les interprofessions ont mal négocié et on a renvoyé la balle aux branches et comme elles n’ont pas réussi à se mettre d’accord, le Gouvernement a repris la main. Je n’imagine pas que le Gouvernement ait pu promulguer ces décrets sans s’assurer de leur bonne application. Je regrette la façon dont s’est faite cette réforme pourtant majeure. Le Gouvernement nous dit que ça va permettre d’arriver à équilibre. J’espère juste que cela ne va pas se faire au détriment des TPE et des PME, et au détriment d’un métier par rapport à un autre. Et nous sommes contre la taxation des contrats courts qui vont mettre en grande difficulté les traiteurs organisateurs de réception dont la marge ne dépasse pas 1,5 à 2% après impôts. C’est une charge supplémentaire qui vont les mettre dans le rouge. C’est porte ouverte au travail dissimulé ou au dévoiement des chèques emploi service.

#GNI #CongresDeNantes #ResponsableEnsemble #RSE 


Sylvie Soubes