Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

A Lyon et Lille, les hôtels victimes de la guerre menée par les taxis contre les VTC

Vie professionnelle - mardi 30 juillet 2019 18:02
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Des hôteliers sont inondés d'avis virulents sur le net, parce qu'ils font appel à des VTC.




© GettyImages


Des hôtels lyonnais font,  ces derniers temps, l’objet de multiples commentaires incendiaires sur Google et TripAdvisor, avec, à chaque fois, un fil conducteur : la guerre menée par les taxis contre les VTC.  « De tout cœur avec les taxis, mon arrivée de l’aéroport m’a couté 53 euros dans cet hôtel minable qui n’hésite pas à tromper ses clients en proposant un service VTC », « Hôtel à fuir », « une équipe de réceptionnistes adeptes de la filouterie »… Des commentaires extrêmement virulents dont une partie a pu être retiré par les plateformes à la demande de l’Umih Rhône qui refuse de voir les hôtels devenir victime d’un groupement de taxis.  « Des établissements de qualité ont vu leur note dégringolée en quelques jours. Nous ne pouvons pas accepter des menaces à peine masquées et les insultes proférées par un soi-disant front de défense qui nuit honteusement aux équipes et à l’image des établissements » s’insurge Laurent Duc, président de l’Umih 69 et président national d'Umih Hôtellerie, qui a décidé de saisir le Préfet, le président de la métropole en charge des taxis et d’autres représentants en charge du bon fonctionnement de la ville. « C’est un chantage à l’avis et leurs auteurs ne s’en cachent même pas » constate le dirigeant syndical à la lecture de la presse locale.

A Lille aussi

Mais le phénomène n’est pas propre à la capitale des Gaulles. Le phénomène se déploie à Lille. Gérard De Porter, président de l’Umih 59 Lille et qui fait partie de la commission des taxis de la ville, déplore aussi la tournure des événements. « Les taxis se plaignent de la concurrence des VTC mais j’ai de nombreux établissements du centre dont les clients ne trouvent pas de taxis après 22 ou 23 heures pour venir de restaurants ou d’autres lieux qui se trouvent en proche banlieue. C’est catastrophique pendant les congrès. J’ai des restaurateurs qui ont dû prendre leur véhicule pour raccompagner des clients. Il y a un moment donné où on doit trouver des solutions quand les taxis ne viennent pas ou mettent plus d’une heure pour venir. » Des hôtels lillois voient également la multiplication d'avis « durs, injustes et méchants » à leur encontre sur internet. « Nous allons nous aussi déposer des plaintes et alerter le Préfet » prévient Gérard De Porter. 

#Taxi #VTC #Avis #TripAdvisor #Google 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services