×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Ruralité : le recul des services publics accentue le sentiment d'abandon

Vie professionnelle - jeudi 6 juin 2019 15:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Famille rurales fait partie des structures à l'origine du lancement du Parlement Rural dont les premières décisions ont été présentées mardi 4 juin. Jean-Baptiste Baud, responsable des relations institutionnelle de la fédération, a présenté les principaux résultats de l'étude réalisée sur la perception de la ruralité.






Familles rurales, qui est le premier mouvement familial associatif de France, a demandé l’an dernier à l’Ifop de réaliser une étude sur la manière dont les Français percevaient la ruralité. Celle-ci nous apprend qu’il existe un réel décalage entre l’opinion publique qui associe d’abord la ruralité à des difficultés économiques et celle des ruraux qui, dans leur quasi-totalité, se disent satisfaits de vivre dans le monde rurale, avec une qualité de vie largement supérieure. En revanche, 57% des ruraux estiment ne pas bénéficier de l’action des pouvoirs publics (contre 36% de l’ensemble des Français) et 56% se disent pessimistes pour leur avenir (contre 49% de l’ensemble des Français). Les ruraux, à l'image de l'ensemble des Français, classent la France des campagnes en première position des territoires délaissés ou abandonnés du pays devant la France des banlieues. Pour le grand public, le manque de services publics (70%), d’offres d’emploi (62%) et de transports (54%) sont les principaux obstacles à l’installation de nouveaux habitants en milieu rural. Paradoxe, pour 81% des Français, vivre à la campagne représente la vie idéale (seuls 19% des Français aspirent à une vie totalement urbaine, travail et vie). Et parmi les ruraux, seuls 5% souhaitent quitter la campagne.

#ruralite #ruralisons #FamillesRurales #ParlementRural


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services