×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Pour faciliter l'épargne salariale dans les TPE, édito du journal du jeudi 13 juin

Vie professionnelle - mercredi 12 juin 2019 12:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Les deux ambassadeurs à l’intéressement et la participation, Thibault Lanxade et François Perret, ont remis mardi 11 juin leur rapport au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, dans le cadre de la conférence sur le partage de la valeur entre l’entreprise et les salariés, à laquelle participait Roland Héguy, président confédéral de l’Umih. Si des mesures ont déjà été prises par le Gouvernement pour favoriser l’épargne salariale avec des allégements de la fiscalité depuis le 1er janvier, celui-ci veut accélérer son développement, notamment dans les petites et moyennes entreprises.

Pour y parvenir, les deux hommes proposent, par exemple, d’autoriser la mise en place d’un dispositif d’intéressement par décision unilatérale de l’employeur pour les moins de 50 salariés, de permettre à ces entreprises de conclure des accords d’intéressement d’une durée d’un an au lieu de trois ou encore de permettre aux salariés dont les rémunérations sont situées entre 1 et 1,5 smic de débloquer de manière moins contraignante les sommes versées épargnées dans leur plan d'épargne entreprise.

Le document de 50 pages contient plus d'une vingtaine de pistes et il prend en compte la méconnaissance, aussi, des dispositifs. À Bercy, l’Umih a confirmé que l’épargne salariale pouvait contribuer à l’amélioration de l’attractivité du secteur et qu’elle faisait notamment partie des négociations paritaires de branche en cours. Mais sera-t-elle suffisamment attrayante pour aider à combler les 80 000 à 100 000 postes non pourvus dans la profession ?

#edito #Interessement #EpargneSalariale #participation


Sylvie Soubes