×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Olivier Robert : les fermetures administratives, toujours aussi arbitraires pour les établissements de nuit

Vie professionnelle - mardi 11 décembre 2018 10:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le 15 décembre, il y a 3 ans, Syndicat national des entreprises gaies rejoignait officiellement l'Umih. Son président, Olivier Robert, fait le point.



Olivier Robert, président du Sneg & Co, syndicat affilié à l'Umih.
Olivier Robert, président du Sneg & Co, syndicat affilié à l'Umih.

Qui représentez-vous ?

Le SNEG, à sa création, pour objectif de faire de la prévention. En 2013, l’organisation s’est scindée en deux avec d’un côté la prévention, de l’autre l’aspect syndical (Sneg & Co) ; la partie prévention bénéficiant d’aides de l’Etat qui n’étaient pas compatibles avec un travail syndical. 1/3 de nos adhérents en Ile de France, le reste en région.

Pourquoi avoir rejoint l’Umih ?

Ce sont les plus petites entreprises et celles qui se trouvent en région qui ont le plus besoin de conseils. Les grosses structures parisiennes sont adhérentes chez nous mais elles sont structurées, avec leur service juridique. L’Umih nous héberge rue d’Anjou, nous ouvre des portes et ses conseils sont précieux pour comprendre l’évolution toujours complexe de la législation.

Quels sont vos principaux dossiers ?

Les fermetures administratives restent notre problème majeur. C’est une épée de Damoclès qui nous condamne à la précarité. C’est une aberration juridique, qui fait appel à l’arbitraire.  On ne peut jamais avoir ce qui va arriver dans l’heure qui suit. L’établissement est incriminé alors qu’il n’y est pour rien. La professionnalisation du secteur est nécessaire face aux problèmes de drogue, d’alcool, aux conflits de voisinage. Arrive ensuite, mais bien plus loin, les problèmes de billetterie. La nuit s’est transformée. Nos établissements, qu’ils soient BAM ou RAM, sont désormais ouverts à tout le monde et même en province. A une époque, cela aurait été impensable.  Comme d’autres secteurs, la nuit subit  aussi un phénomène d’uberisation avec l’organisation de ‘soirées parallèles’, dans des lieux où aucune réglementation n’est respectée (alcool, sécurité, tabac, Urssaf, etc). Les gens achètent leurs places sur une page Facebook sans connaître le lieu. Après, les réseaux font le reste.

#Sneg #Umih #OlivierRobert #EntreprisesGaies

Sylvie Soubes

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et équiper son restaurant
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services