×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Edito du journal n° 3491 du 24 mars 2016 : 'Divergences'

Vie professionnelle - mercredi 23 mars 2016 11:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


La nouvelle mouture du bac technologique hôtellerie-restauration, entrée en vigueur en septembre 2015, était à l'ordre du jour du congrès national 2016 de l'association des lycées professionnels du secteur, l'Aflyht, qui regroupe plus de 250 établissements (lire également p. 4). "Comme toute réforme, souligne l'association, celle-ci bouscule les habitudes et suscite des inquiétudes. Ses objectifs sont de permettre aux élèves de développer des compétences à la fois spécifiques mais aussi transversales dans les différents domaines de l'hôtellerie, en cuisine, en restaurant, en hébergement, en communication et en gestion, tout en garantissant une formation générale permettant aux élèves d'avoir des perspectives d'orientation larges."

Tout comme la fin du bac en quatre ans (qui incluait les deux ans de BEP), la série sciences et technologies de l'hôtellerie et de restauration bouge les curseurs. L'Éducation nationale a voulu d'abord permettre aux jeunes de changer d'avis au terme de la seconde. Et rendre plus "compréhensible" la série hôtellerie-restauration pour les familles et les jeunes. L'inspecteur général, Michel Lugnier, l'a parfaitement expliqué l'an dernier dans nos colonnes et l'a répété la semaine dernière à Poitiers. Sur le fond, il est certain que la série technologique avait besoin d'être rajeunie. Sa dernière version datait de plus de vingt-trois ans. Mais fallait-il pour autant diminuer la période de stage en entreprise ? Quid du terrain, qui attend tous les jeunes adultes un jour ou l'autre, de cette réalité pourtant essentielle à leur compréhension de l'avenir ?

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services