×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Dégustation de boeuf britannique lors des Lebey de la gastronomie

Vie professionnelle - vendredi 17 avril 2015 16:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés



Dans le cadre des ateliers de dégustation organisés par les partenaires des Lebey de la gastronomie, lors de la soirée de présentation et de remise des prix des meilleurs créations culinaires 2015 qui s'est tenu le lundi 30 mars au Pavillon Gabriel à Paris, 40 producteurs ont pu faire déguster leur savoir faire.

Les invités ont pu déguster différents morceaux de boeuf Norme Qualité Britannique, cuisinés à la Plancha par Alain Darroze. Il était proposé de la noix d'entrecôte, du coeur de Rumsteck ainsi que du Paleron. Si ce morceau de boeuf est le plus souvent utilisé dans des plats mijotés à cuisson longue,  il a rencontré un vif succès avec cette cuisson à la plancha accompagné d'un peu de fleurs de sel.

En tant que partenaire, la Norme qualité boeuf britannique remettait le Lebey de la meilleure viande 2015. Rémi Fourrier, directeur d'AHDB France, chargé de la promotion des viandes bovines et ovines britanniques a remis le prix à Thomas Boullaut, du restaurant l'Arôme à Paris pour le Tout lapin frotté au saté asperges vertes de Mallemort et cromesqui de polenta au romarin, jus court au basilic et piquillos qui a emporté la compétition face à l'interprétation de l'oreiller de la belle aurore de Kei Kobayashi du restaurant Kei,  et le boeuf maturé 8 semaines aux oignons doux des Cévennes de Julien Dumas du restaurant Lucas Carton Paris.

Carole Rousseau animatrice de cette soirée, a demandé à Rémi Fourrier, comment convaincre les professionnels d'utiliser du boeuf britannique. « En le goûtant  tout simplement ». a répondu ce dernier.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services