×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Union de la sommellerie française tire le bilan de ses états généraux

Vie professionnelle - jeudi 15 janvier 2015 11:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nîmes (30) Promotion du métier auprès des jeunes, valorisation de la formation et surtout évolution de l'association ont été quelques-uns des grands thèmes abordés tout au long de cette journée de travail organisée à Nîmes.



Michel Hermet et les responsables de l'UDSF vont donner un nouvel élan à leur Union.
Michel Hermet et les responsables de l'UDSF vont donner un nouvel élan à leur Union.

Quatorze mois après avoir été lancée par son président Michel Hermet, l'idée des états généraux de l'Union de la sommellerie française (UDSF) s'est concrétisée à Nîmes, le 12 janvier dernier. Plusieurs dizaines de professionnels ont suivi cette journée de travail organisée autour de cinq grands thèmes enrichis par de multiples contributions.

La question de l'évolution de l'association, qui compte plus d'un millier de membres, s'est avérée sensible. Alors qu'une majorité se réunit autour de l'idée d'une réorganisation avec cinq grandes régions pour peser d'un poids plus lourd et donc nettement moins d'interlocuteurs auprès des partenaires potentiels, des différentes institutions et bien entendu des interprofessions viticoles, certaines des 21 entités qui composent l'UDSF sont plus réticentes. Pourtant, pour elles, rien ne changerait, ont rappelé certains des intervenants, puisque chacune poursuivrait ses activités en toute indépendance.

Prudence aussi face à la question de la professionnalisation de cette structure associative, "afin qu'elle devienne un acteur incontournable et qu'elle reste le meilleur ambassadeur des vins français et de la culture qui y est associée" ainsi que l'avait exprimé le président Hermet. "Le bénévolat et le volontariat ont des limites", a pourtant insisté Philippe Faure-Brac.

Revaloriser le diplôme

La question de la place du sommelier dans la restauration a également été évoquée. Si elle semble essentielle dans l'environnement gastronomique et les établissements de prestige, elle s'impose beaucoup plus difficilement ailleurs. L'idée de la polyvalence mais aussi celle de faire du sommelier un professionnel capable de former les autres employés de salle ont été évoquées à plusieurs reprises. Tout comme celle d'en faire un parrain des jeunes en formation et un témoin qui peut aider à la naissance de vocations. Orienter la mention complémentaire vers un enseignement assuré en deux ans, développer également la formation continue, sont des pistes qui tendraient à donner plus d'atouts encore à ceux arrivant sur le marché de l'emploi ou à ceux qui voudraient continuer à progresser. "Il convient également d'éclaircir la question du niveau du diplôme. Le cahier des charges de cette mention justifie plus qu'un niveau IV, c'est évident", a reconnu Franck Cognet, inspecteur de l'Éducation nationale.

Des débats riches et passionnants dont les enseignements vont être tirés afin de les transformer en actes.
Jean Bernard

Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services