×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

MOF 2022 : un concours qui évolue avec son temps

Restauration - jeudi 10 novembre 2022 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Alors que la finale du concours un des Meilleurs Ouvriers de France va se tenir les 16 et 17 novembre au lycée hôtelier de Grenoble, Jacques Maximin, Michel Roth et Christophe Quantin, vice-présidents de la classe cuisinier-cuisinière, donnent leur vision de l'épreuve.



Michel Roth, Jacques Maximin et Christophe Quantin
© Aline Gérard - Live & Shoot
Michel Roth, Jacques Maximin et Christophe Quantin

L'Hôtellerie Restauration : Le concours d’aujourd’hui est-il plus exigeant que par le passé ? 

Jacques Maximin : " Nous avons à charge de perpétuer la renommée du concours, on ne peut pas aller dans la facilité. Nos prédécesseurs s’appuyaient sur les classiques d’Escoffier. Pour moi, rester dans les clous, c'est ne pas progresser ! Aujourd’hui, quand je conçois les thèmes, je prend en compte la jeunesse qui arrive, qui doit s’imprégner bien sûr des techniques classiques mais où on doit aussi être attentif à la mouvance culinaire. Ainsi, on retrouve dans les  épreuves toutes les techniques qu’un grand cuisinier doit maîtriser mais aussi une touche de modernisme et une part d'interprétation laissée libre à chaque candidat. "

Christophe Quantin : " Les thèmes sont de difficultés constantes, on ne cherche pas à ce que ce soit plus compliqué que par le passé, on tend vers le mieux. Depuis cinq éditions, on fait évoluer les thèmes pour qu’ils soient plus contemporains. On s’ouvre à d’autres cuisines, car ce sont des choses qu’on voit sur toutes les cartes aujourd’hui. On laisse une certaine liberté d’expression et en même temps, on ressort de vieilles techniques, ça peut surprendre mais on estime que ce sont des connaissances à avoir. ”

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ? 

Jacques Maximin : " A un certain moment de la préparation, il faut arrêter d’écouter les autres. Il faut se caler dans une logique d’interprétation du thème et ne plus y revenir. S'ils écoutent les avis de tout le monde, c'est foutu ! "

Christophe Quantin : " Il faut qu’ils se perfectionnent sur chacune des techniques pour amener chaque élément à son maximum tout en cherchant à avoir une cohérence dans l’assemblage. Dans les 3 ou 4 jours avant le concours, il faut qu’ils s’entraînent à enchaîner pour avoir les automatismes, pour arriver à faire l’épreuve dans les temps. Il y a aussi une préparation plus théorique où il faut travailler à l’organisation et la logistique, tout cela sera évalué. "

Quels aspects du concours avez-vous fait évoluer ?

Michel Roth : " On travaille depuis 2007 à la transparence du concours, on a revu beaucoup de détails pour faire en sorte que le concours ne soit pas contourné. On n’a pas de quotas de réussite, on prend les meilleurs. En cuisine, chaque plat est évalué sur une douzaine de critères (technicité, hygiène, sécurité, organisation, etc.) et en dégustation, entre 12 et 15 critères. 

Jacques Maximin : " On fait attention aux coûts aussi pour qu’il soit accessible à tous et qu’il y ait une équité entre le candidat qui vient d’une grande maison et celui qui a des moyens limités. Avec cette transparence, on a redonné confiance aux jeunes cuisiniers et on voit bien, à travers le nombre d’inscrits, qu’il y a un engouement autour du concours. "


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services