×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Quelle place pour le dessert en restauration à table ?

Restauration - mardi 1 juin 2021 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Pour Nicolas Nouchi, directeur des études chez CHD Expert, ce qui est désormais le plus important en offre de desserts, c'est de proposer des basiques, des propositions à partager, et d'autres faciles à emporter.



Le fondant au chocolat reste une valeur sûre.
© GettyImages
Le fondant au chocolat reste une valeur sûre.

L’Hôtellerie Restauration : Si on remonte dix ans en arrière, quelles sont les grandes tendances du dessert en restauration à table ?  
Nicolas Nouchi : Entre 2010 et 2016, nous avons vu émerger des desserts de plus en plus travaillés et qualitatifs, inspirés des pâtisseries joaillerie. Ensuite, entre 2016 et 2019, la tendance s’est tournée vers une restauration décomplexée, plus ouverte et plus populaire, qui a laissé place à des propositions plus axées sur la nutrition, avec une intégration du fruit de manière significative. On a noté également l’apparition du sans lactose. Depuis le Covid, les restaurateurs ont plutôt eu tendance à diminuer l’offre des desserts à leur carte mais tout en conservant les basiques incontournables : fondant ou mousse au chocolat, crème brûlée, tiramisu… Tout en profitant de la dynamique de monter en gamme du dessert, avec des clients prêts à payer - le prix moyen d’un dessert à l’assiette est de 6,50 €. Aujourd’hui, la vente de desserts n’est pas évidente mais ceux-ci restent un outil important pour le restaurateur. Il y a des clients qui ne commanderont même pas un café gourmand, mais d’autres qui seront prêts à se faire plaisir et à payer le prix.
 
Quelle est le tendance forte du moment ?
Les habitudes venant du snacking constituent un phénomène incontournable qui a modifié la consommation pour la restauration à table. Il faut garder à l'esprit que le consommateur, quand il s’assoit à une table, a déjà pris à emporter : des cookies, des brownies, des viennoiseries… donc ça impose au restaurateur de travailler ses desserts de telle sorte qu’ils puissent également être nomades. Le client a l’habitude de les consommer en formule à emporter.
 
Et pour demain ?
Est-ce que, pour le restaurateur, travailler sa carte des desserts sera une priorité ? On ne sait pas. Mais s’installer à table implique un certain lâcher prise. Le client aura certainement envie de se faire plaisir. Maintenant, la réalité, c’est que le marché rouvre avec un taux de prise en berne par rapport à d’habitude. De plus, ce dont nous sommes certains, c’est que ce qui va s’imposer au restaurateur, c’est encore plus de transparence, plus de consommation nomade - avec la version assiette et la version à emporter -, plus d’authenticité et moins de protocolaire.
 
Quel serait votre conseil ?
Les premiers gestes de survie du restaurateur à l’heure de la réouverture sont de mettre en avant le café gourmand, la formule plat-dessert ou entrée-plat-dessert, ou alors de proposer un dessert à partager.

 

#Dessert #NicolasNouchi 


Romy Carrere