×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le chef Christophe Leroy reconnaît une erreur mais défend la légalité de son 'club privé'

Restauration - lundi 12 avril 2021 11:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      



Le chef Christophe Leroy s'est exprimé sur BFM TV dimanche 11 avril.
© BFM TV
Le chef Christophe Leroy s'est exprimé sur BFM TV dimanche 11 avril.

Le chef Christophe Leroy est sorti de son silence sur BFMTV, dimanche 11 avril, en s’exprimant sur les dîners clandestins qu’il est soupçonné d’avoir organisés avec Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du palais Vivienne à Paris (IIe).

Sur la soirée du 1er avril révélée par M6 et organisée avec ce dernier, le chef a expliqué vouloir montrer le palais en configuration pour de futures prestations : “On a été maladroit, c’était une erreur, je l’assume et je m’en excuse. Si je suis condamné, on fera face”, admet-il. À propos de cette soirée, Christophe Leroy déclare la présence de 37 personnes mais assure n’avoir “servi aucun membre du Gouvernement depuis les mois passés”.

Au sujet de son Leroy’s Business Club, où le chef reçoit à son domicile parisien, il assure ne pas avoir de regrets et être dans son droit : “Je vis chez moi où je fais de la cuisine et où je reçois des gens qui viennent dans un esprit club. Juridiquement ce n'est pas un restaurant”, a-t-il affirmé, comme son avocat l’avait fait précédemment. Accusé de surfer sur l’opportunité représentée par la fermeture des restaurants, Christophe Leroy déclare : “Si ça a été perçu comme un bon business en période de Covid, c’est un mauvais timing mais ce n’est pour ça qu’on doit me faire un mauvais procès.”

 

#ChristopheLeroy  #PierreJeanChalencon #palaisVivienne #restaurantsclandestins


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
Services