×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Stéphane Turillon persiste et appelle ses confrères à ouvrir le 1er février

Restauration - vendredi 29 janvier 2021 15:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Cusance (25) Convoqué par la préfecture du Doubs, Stéphane Turillon, propriétaire du restaurant La Source Bleue à Cusance, persiste et signe : il appelle ses confrères à rouvrir le 1er février.



Stéphane Turillon confirme sa volonté d'ouvrir son restaurant en invoquant 'le droit à la désobéissance civile'.
Stéphane Turillon confirme sa volonté d'ouvrir son restaurant en invoquant 'le droit à la désobéissance civile'.

Stéphane Turillon, propriétaire du restaurant La Source Bleue à Cusance, dans le Doubs, a lancé le 4 janvier un appel à la mobilisation sur Facebook. Son idée : ouvrir tous ensemble le 1er février 2021 pour protester contre la fermeture des restaurants, le manque de visibilité et les futures faillites. Une journée de mobilisation nationale pour espérer être entendu. "Monsieur Macron, vous êtes le Président de la France, vous avez été élu et vous travaillez pour le peuple… nous, on veut bien cotiser pour les taxes, faire que ce pays soit beau, sauf que vous faîtes absolument rien pour nous. (…) Si vous ne nous laissez pas travailler, c’est la mort assurée (...)" Son message était devenu viral. A l'issue de sa convocation par la préfecture du Doubs hier, Stéphane Turillon a déclaré : "Si l’Etat ne fait rien, je vais mourir. J’ouvrirai mon restaurant quoi qu’il en coute, de gré ou de force, le 1er février, parce que j’ai le droit à la désobéissance civile. C’est mon droit constitutionnel. Le seul qu’il me reste pour continuer à travailler". Pour le représenter, il était accompagné par maître Schwerdorffer, notamment connu pour avoir été l’avocat de Jonathan Daval.

 


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services