×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Christophe Wilson ouvre son restaurant au cri de « liberté »

Restauration - jeudi 28 janvier 2021 10:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nice (06) A Nice, le Poppies a fait le buzz hier en ouvrant ses portes le midi. Une centaine de clients ont été servis sous les caméras et devant les policiers. Christophe Wilson a été mis en garde à vue pour emploi d'une personne sans papier, mais pas pour avoir ouvert son restaurant.



Christophe Wilson a été mis en garde à vue pour pour emploi d'une personne sans papier et non pour désobéissance civile ou pour avoir ouvert son restaurant.
Christophe Wilson a été mis en garde à vue pour pour emploi d'une personne sans papier et non pour désobéissance civile ou pour avoir ouvert son restaurant.

Le propriétaire du Poppies à Nice, Christophe Wilson, a ouvert son restaurant hier : « Je n’ai pas eu l’autorisation, mais je la prends. J'assume les conséquences ». Le restaurateur est excédé : « On a toujours vécu avec des virus et on vivra encore avec des virus. On ne peut pas vivre avec des masques. On ne peut pas vivre en confinement. On ne peut pas vivre en couvre-feu. La seule fois où on a vécu sous couvre-feu, c’était pendant la guerre et encore, les restaurants étaient ouverts. On est à l’agonie. Tous les jours, je vois des locaux à vendre et des baux à céder ». Dans le restaurant, sans masque, il crie « Liberté » et les clients font l’écho. Une cagnotte est même lancée pour l’aider à payer les amendes et le soutenir. Les médias s’emparent du sujet. Des vidéos apparaissent sur les réseaux sociaux avec l’une d’entre elles vue plus de 2 millions de fois.

Du côté des autorités, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, Benoît Huber, prévient qu’il n’est pas question que « l’exploitant du restaurant se considère autorisé d’enfreindre la loi ». Les forces de l’ordre sont envoyées sur place mais n’interviennent pas pendant le service. Alain Griset, ministre délégué des petites et moyennes entreprises, utilise lui aussi le ton de la fermeté : « ce type de comportements est irresponsable et irrespectueux au vu du contexte sanitaire ».

Quelques heures plus tard, la Préfecture des Alpes-Maritimes annonce que Christophe Wilson est en garde à vue pour emploi d'une personne sans papier. Ajoutant « Son cuisinier, un étranger en situation irrégulière y travaillant, a été lui placé en rétention ». Le préfet va encore plus loin et précise que « les personnes identifiées qui ont pris part à ce rassemblement interdit ont été ou seront toutes verbalisées ». 

 

#poppies #christophewilson #restaurant #nice 

 


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services