Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

#Coronavirus : chômage partiel : la galère, retour d'expérience

Restauration - mercredi 1 avril 2020 14:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Saint-Herblain (44) Christine Denis, fondatrice et dirigeante de Midi et Demi, groupe de restauration à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) partage son parcours du combattant pour bénéficier du chômage partiel. Entre les voeux pieux des annonces officielles et les fourches caudines de l'administration sur le terrain, la combativité des professionnels est mise à rude épreuve. Midi et Demi comprend 90 salariés sur des activités de restauration commerciale, d'entreprise et traiteur.



Christine Denis, restaurant Midi et Demi : 'Il a fallu argumenter plus que de raison.'
Christine Denis, restaurant Midi et Demi : 'Il a fallu argumenter plus que de raison.'

« On aurait pu croire qu’en nous obligeant à fermer du jour au lendemain, il était suffisamment évident aux yeux de l’administration qu’il était plus que légitime qu’on bénéficie du chômage partiel. Si nous restaurateurs, on ne peut pas en bénéficier, qui d’autres le pourraient. Eh bien, figurez-vous qu’on nous force à affronter un parcours du combattant. Si en plus vous avez le malheur comme moi d’être contaminé par le coronavirus et d’être obligé d’être hors-service pendant quelque temps, il y a de quoi pester ! Alors que chaque jour comptait pour la paie du mois de mars, les étapes sont compliquées sur l’interface, le numéro d’identification une galère. En plus, l’accès au site était difficile dû à la saturation, avoir quelqu’un au téléphone c’était 2-3 heures d’attente. Et le pire, c’est qu’on ose nous demander pourquoi on ne fait pas de la livraison ou de la vente à emporter. Mais ils sont gentils, c’est un business différent, ça nécessite des investissements. Ils nous ont même réclamé des courriers de clients pour motiver la fermeture. Heureusement qu’on dispose de leurs coordonnées (on communique avec eux sur les menus et on travaille dans une zone industrielle). Bref il a fallu argumenter plus que de raison.

Par contre, je tiens à saluer la bonne écoute et la bonne collaboration avec notre banque, avec qui on a élaboré un emprunt pour renflouer la trésorerie et décaler les échéances des crédits en cours. Le propriétaire a également été conciliant et on a également pu reporter les échéances de loyer. Quant aux impôts et à l’URSSAF, les reports se sont bien effectués.

Enfin, je déplore l’absence d’aide de la part de notre assurance. C’est trop facile de se réfugier derrière les lignes du contrat stricto-sensu. Je fais remarquer que nos cotisations n’ont même pas diminué alors que nous sommes fermés. »

#Coronavirus


Olivier Milinaire
Nos équipes restent mobilisées pour vous tenir informés :

Vous pouvez accéder à tous nos services, nous poser vos questions et nous laisser vos commentaires.

Pour vous accompagner au mieux, les articles et les questions-réponses de SOS Experts sont désormais accessibles à tous.

• Suivez l’actualité en temps réel sur www.lhotellerie-restauration.fr/hashtag/Coronavirus et sur nos réseaux sociaux
• Retrouvez une synthèse dans notre newsletter quotidienne (inscription gratuite).

Journal & Magazine
#CORONAVIRUS
Offre spéciale d'abonnement gratuit jusqu'au 30 juin 2020
Services