×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Christophe Schmitt remporte Le Taittinger 2012

Restauration - mercredi 28 novembre 2012 09:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Christophe Schmitt, sous-chef du restaurant Le Diane du Fouquets Barrière à Paris, s'est imposé hier lors de la finale internationale du Taittinger. Les dorades et l'interprétation de la soupe de poisson l'ont inspiré.



2 dorades royales farcies, servies en deux pièces chacune pour 6 personnes, accompagnées d'une sauce ou d'un jus au choix, servi(e) dans une saucière et 2 garnitures libres pour 8 personnes. C'est le thème 2012, concocté par le président du jury Gilles Goujon, que les six candidats ont découvert la veille du concours. En revanche, trois semaines avant la finale, ils ont eu connaissance de la deuxième partie du challenge avec un bon d'économat afin de pouvoir s'entraîner. Cette fois, ils devaient laisser parler leur créativité sur une « interprétation d'une soupe de poisson de roche » pour 12 personnes. Dans les cuisines de l'Ecole de gastronomie Ferrandi à Paris, le jury n'a pas été déçu. Le soir même, au Shangri-La Hôtel Paris, en présence de très nombreux professionnels, il a couronné Christophe Schmitt.
"Nous ne pouvons qu'inciter le vainqueur à penser sérieusement au concours du MOF", a précisé Gilles Goujon, impressionné par le travail de Christophe Schmitt (ex Lameloise à Chagny, Villa Florentine à Lyon...) et "par le très haut niveau des compétiteurs de cette édition". « C'est un honneur d'ajouter son nom à la longue liste de chefs de renom qui ont gagné ce concours », a déclaré le lauréat radieux. « Je remercie ma direction, mon chef Jean-Yves Leuranguer et tous les chefs que j'ai croisés au cours de ma carrière », a-t-il ajouté.
Dans le jury pour la première fois, Amandine Chaignot, 2ème du Prix Taittinger en 2006, et Stéphanie Le Quellec, membre du jury Paris-Ile de France, savouraient cette journée intense. « C'est un concours qui sert de tremplin et c'était très intéressant d'être de l'autre côté pour une fois », confiait la première. Tandis que la seconde soulignait le plaisir « de côtoyer des chefs éminents qui nous ont fait rêver ». Pierre-Emmanuel Taittinger espérait, de son côté, voir prochainement une femme remporter ce concours.
En parallèle, un concours amateurs est organisé. Présidé par Gérard Boyer, ancien chef triplement étoilé des Crayères à Reims, il a vu la victoire de Thomas Scheiner, ingénieur et précédemment inspecteur du guide Gault&Millau. Une particularité savoureuse.
La remise des prix s'est achevée sur un passage de flambeau. Le président Gilles Goujon cède sa place à Emmanuel Renaut, Flocons de Sel à Megève, le chef couronné des 3 étoiles cette année. Le prochain thème du Taittinger sera donc à nouveau entre les mains d'un cuisinier très exigeant au col bleu-blanc-rouge.
Nadine Lemoine

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services