×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

La madeleine dans tous ses états

Restauration Snacking - jeudi 27 octobre 2016 09:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Barcelone (ESPAGNE) Luigi Masala a créé dans la capitale catalane un restaurant pilote baptisé Madeleine mon amour. Une enseigne très française pour un concept qui a vocation à être dupliqué en France.




Luigi Masala : 'Je ne vends pas un produit, je raconte une histoire qui nous ramène à notre enfance'.
© F. Matéo
Luigi Masala : 'Je ne vends pas un produit, je raconte une histoire qui nous ramène à notre enfance'.

Le portrait de Marcel Proust accueille les clients de Madeleine mon amour dans le quartier de Poble Nou, à Barcelone (Espagne), comme pour confirmer les promesses de la vitrine où s'exposent les variétés de madeleines. En quelques mois seulement, l'enseigne créée par Luigi Masala est devenue un véritable emblème de la tradition française dans la capitale catalane, avec une offre qui va désormais bien au-delà des fameuses douceurs chères à l'auteur d'À la recherche du temps perdu. "Pour moi, la madeleine est un socle à partir duquel je fais quelque chose de complètement réinventé", explique le créateur franco-belge de cette enseigne proustienne qui estime qu'"[il] ne vend pas un produit, [il] raconte une histoire qui nous ramène à notre enfance". La carte se divise en deux univers. D'abord en version sucrée, à partir de la madeleine classique travaillée selon deux prototypes : à la vanille de Madagascar, et à la cannelle de Ceylan, pour s'adapter aux tendances locales. Et au-delà avec des parfums plus anciens comme la lavande, la bergamote ou la pêche de vigne. Mais également des "valeurs sûres" comme le citron ou "la madeleine à la crème de marrons qui renvoie aux fêtes de nos enfances, ajoute Luigi Masala. On a aujourd'hui une gamme de vingt-cinq madeleines en pâtisserie, aux fruits rouges, à la confiture d'orange et chocolat noir, en passant par des associations comme le chocolat et la banane"


Exigence de qualité

En version salée, la madeleine se décline ici en une dizaine de variétés : jambon-gruyère, roquefort-noix, saumon-ciboulette,... jusqu'à la très espagnole madeleine à la sobrasada de Majorque (chair de chorizo haut-de-gamme). Madeleine mon amour propose aussi une carte de spécialités françaises : foie gras, fromages et bien sûr des vins de l'Hexagone. "L'important, c'est de travailler tous les produits avec la même exigence de qualité, que ce soit notre sélection de thés, le café ou une coupe de champagne", confie le créateur de l'enseigne.

Une offre qui renforce encore le caractère bien français de l'enseigne de snacking. Alors, pourquoi avoir créé l'établissement en Espagne ? "Pour limiter les risques économiques, car les coûts d'investissement sont moins élevés en Espagne", répond Luigi Masala, bien décidé cependant à transposer le concept en France, et particulièrement à Paris.


Francis Matéo