×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Franchise : Focus sur La Mangoune qui fête ses 10 ans

Restauration Snacking - jeudi 1 octobre 2015 15:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Saint-Flour/Andelat (15) Jean-François Roche a travaillé plus de deux ans sur son idée de restauration axée sur l'Auvergne avant d'ouvrir le premier établissement en 2005, et de créer une chaîne qui fête ses dix ans.



Créée en 2005 par Jean-François Roche, aÌ Saint-Flour dans le Cantal, la SAS Auvergne Terroir Restauration (ATR) porte le concept La Mangoune® : un concept de brasseries sur le thème de la cuisine et des saveurs d'Auvergne, avec des plats traditionnels ainsi que des plats revisités. L'enseigne, qui fête ses 10 ans, a 7 établissements. « Nous avons un objectif raisonnable de développement de 3 ouvertures par an, soit des royalties au minimum de 120K€ supplémentaires par an (projet en cours : Salaise sur Sanne,   Bourges, Brive, Aurillac). Nos régions prioritaires sont les régions alentours à l'Auvergne. Nous n'excluons pas les autres opportunités qui pourraient tout de même se présenter à nous », indique le fondateur.

________________________________________________________ 

La Mangoune en chiffres :

• Chiffre d'affaires :

En 2012 : 3,7 M€
En 2013 : 4,1 M€  (+10,8 % par rapport à 2012)
En 2014 : 3,9 M€ (-4,80 % par rapport à 2013)
En 2015 à date : 2,4 M€ (+9,30% à date par rapport à 2014)

• 7 établissements : Saint-Flour (15), Riom (63), Poitiers (86), Digoin (71), Clermont-Ferrand (63), Limoges (87), Montluçon (03), et prochainement à Troyes (10).

• Ticket moyen : 19,20 € TTC sur 2014

• 102 clients servis par jour et par unité (moyenne)

 

Développement du réseau :
- date de création de l'entreprise : 2005
- date de création de l'entreprise en franchise : 2010
- type de contrat : contrat de franchise 7 ans
- nombre d'unités en France : 7 + 1 ouverture prochaine à l'automne à Troyes
- implantation : France entière,
- pays d'origine du réseau : France
- type d'emplacement : zone commerciale ou centre commercial

Bâtiment solo en périphérie
• Apport personnel minimum : à partir de 80 000 €
• Droit d'entrée : 40 000 €
• Redevance, pub comprise : 4,5 %
- royalties : 4 % du CA HT
- pub : 0,5 % du CA HT
• Investissement :
- Pour exploitation : 450 000 €
- Clos couvert: 250 000 €

Chiffre d'affaires moyen par unité : 660 000 € (moyenne sur 2014)
• Nombre moyen de salariés d'une unité : 12 salariés
• Surface moyenne : 360 m² soit capacité de 140 couverts
• Durée du contrat de franchise : 7 ans


________________________________________________

Interview de Pierre Boyer


L'Hôtellerie Restauration : Qu'est-ce qui différencie la Mangoune des autres ?

Jean-François Roche : La Mangoune est une chaîne à thème sur l'Auvergne et sa gastronomie, mais elle est très différente des autres. Ici, tout est quasiment fait maison. C'est l'ADN de la Mangoune. Nous utilisons des produits locaux qui sont transformés sur place. Dans les huit établissements Mangoune, les pommes de terre sont épluchées tous les matins pour faire la truffade et les frites.

Comment se passe le recrutement ?

Nous nous appuyons sur le concept, puis l'emplacement et enfin les gens, la personnalité des franchisés. Il faut des professionnels car il s'agit bien de faire à manger, un vrai travail de restaurateur. Les candidats déposent une demande ; ils sont auditionnés et sélectionnés ou pas. Les droits d'entrée sont de 40 000 € plus 4,5 % du chiffre d'affaires. Les formations se déroulent à Andelat, pour apprendre les bases des spécialités auvergnates : bourriols - sorte de crêpe avec une pâte levée -, truffade, etc.

Quel développement ?

Notre concept ne peut pas prétendre à un développement rapide. Nous ne sommes que huit au bout de dix ans, mais nous devons respecter l'esprit, c'est-à-dire faire découvrir un terroir, ses produits, ses recettes. C'est donc la motivation qui prime. Ce qui est le cas pour la prochaine ouverture à Troyes, en novembre 2015. Ils ont demandé et insisté. Je trouvais la ville un peu loin de nos bases.

Combien faut-il investir ?

Le concept est bien rodé : bâtiment solo, style grange traditionnelle, ou plus moderne selon les règles d'urbanisme du lieu, plus une décoration pour recréant les pièces d'une ferme. Il faut 1 M€ pour lancer une Mangoune, foncier compris. Nous pouvons trouver et/ou participer au montage financier pour le foncier. L'approvisionnement vientd'Auvergne, via notre centrale de référencements.

Quel est l'avenir ?

Auvergne Terroir Restauration, société qui gère le concept, se charge de la comptabilité, des manifestations, de la promotion et des nouveaux projets. Nous souhaitons vraiment ouvrir une Mangoune à Aurillac, c'est indispensable pour notre image. Et pourquoi pas à Paris ?

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services