×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

#Coronavirus : l'hôtelier est-il obligé de rembourser les réservations annulées ?

Juridique et social - lundi 30 mars 2020 09:50
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

"Je reçois en général beaucoup de groupes dans mon hôtel. Les annulations de groupes ont été annulés à la suite du coronavirus. Ils me demandent donc un remboursement, mais si je rembourse tout le monde, je vais avoir un problème de trésorerie. Ai-je l'obligation de rembourser ? Puis-je le faire partiellement ou échelonner ?"



© Thinkstock


Suite aux nombreuses annulations que subissent les acteurs du tourisme, une ordonnance (n° 2020-315 du 25 mars 2020 relative aux conditions financières de résolution de certains contrats de voyages touristiques et de séjours en cas de circonstances exceptionnelles et inévitables ou de force majeure) modifie les obligations des professionnels en leur permettant de proposer à leurs clients soit un report de la prestation, soit un avoir à la place d'un remboursement. Cette mesure a pour but de sauvegarder la trésorerie des entreprises. 

Ce texte s’applique aux résolutions de contrat (à l’initiative du client ou du professionnel) intervenues entre le 1er mars et le 15 septembre 2020 inclus. Il vise les ventes de voyages et de séjours ainsi que les contrats d’hébergement, les locations de voiture et tout autre service touristique. Ainsi, les contrats hôteliers sont bien visés par l’ordonnance. 

Concrètement, l’hôtelier doit proposer au client un avoir, valable dix-huit mois, par courrier ou e-mail au plus tard 30 jours après la résolution du contrat, ou 30 jours après l’entrée en vigueur de l’ordonnance pour les contrats résolus avant cette date (soit avant le 27 avril 2020). Le montant de cet avoir doit être égal à l'intégralité des paiements effectués par le client. Ce courrier ou e-mail devra préciser : le montant de l’avoir (égal aux sommes déjà payées), les conditions de délai et de durée de validité. En conséquence de l’émission de cet avoir, le client ne pourra plus solliciter le remboursement des sommes versées d’avance à l’hôtelier.

#Coronavirus #Annulation #Reservation #Remboursement


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3758 -
29 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services