×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Quelle est la date de limite de paiement d'un salaire pour un CDD ?

Juridique et social - jeudi 14 novembre 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

"Quand on a travaillé du 27 juin au 14 juillet, est-ce normal d'attendre fin juillet pour recevoir son salaire, ou doit-on se faire payer quand on a quitté la société ?"



© GettyImages


La loi ne fixe pas de date limite de paiement des salaires. L’article L3241.1 du code du travail prévoit simplement que “le paiement de la rémunération est effectué une fois par mois”. En revanche, votre employeur doit vous remettre les documents de fin de contrat à la fin de votre CDD : certificat de travail, reçu pour solde de tout compte et attestation Pôle emploi.

Il est fréquent que ces documents soient remis quelques jours après la fin effective du contrat en raison des délais d’établissement de ces documents. Mais l’employeur doit être vigilant et ne pas tarder à vous remettre ces documents, surtout l’attestation Pôle emploi.

En effet, l’employeur doit délivrer l’attestation nécessaire à l’ouverture des droits à indemnisation du chômage. L’article R1234-9 du code du travail précise que c’est au moment de l’expiration ou de la rupture du contrat de travail que l’employeur délivre au salarié les attestations et justifications qui lui permettent d’exercer ses droits aux allocations chômages. Il doit transmette sans délai ces mêmes attestations à Pôle emploi.

Un arrêt de la Cour de cassation du 1er octobre 2014 (n° 13-17515) a jugé que la seule remise tardive est constitutive d’un préjudice pour le salarié qui entraîne réparation sous forme d’indemnité. L’employeur avait adressé l’attestation Pôle emploi dix jours après la notification du licenciement. Dans une autre affaire plus récente, un salarié demandait le versement de dommages-intérêts pour remise tardive de 15 jours de son attestation d’assurance chômage. Alors que les premiers juges avaient rejeté cette demande au motif que le salarié n’avait pas apporté la preuve d’un préjudice, la Cour de cassation a rappelé que la remise tardive de l’attestation Pôle emploi au salarié entraîne nécessairement un préjudice, sans qu’il soit nécessaire pour l’intéressé d’en apporter la démonstration. (Cass. Soc. 4 février 2015, n° 13-18168).
En conclusion, si la jurisprudence sanctionne par des dommages-intérêts la remise tardive de l’attestation Pôle emploi, il ne faut pas oublier que les éléments contenus dans le certificat de travail et le solde de tout compte servent à remplir cette attestation, ce qui implique de bien remettre tous les éléments au salarié pour qu’il puisse demander à ouvrir ses droits aux indemnités chômage.

#Salaire #CDD #Paiement #FicheDepaie


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services