×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Réformer l'apprentissage pour le valoriser - Édito du journal du 15 février 2018

Juridique et social - mercredi 14 février 2018 10:02
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      



Le 9 février dernier, le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ont présenté les grandes orientations de la réforme de l'apprentissage. Ce ne sont pas moins d'une vingtaine de mesures concrètes qui ont été dévoilées. Le Gouvernement veut rendre l'apprentissage attractif autant pour les jeunes que pour les entreprises et lever les freins liés à la réglementation. Les aides à l'embauche serait simplifiées en regroupant les quatre dispositifs actuels qui seront ciblés sur le TPE et PME et les niveaux bac et pré-bac. L'aide devrait être supérieure à 6 000 € par contrat pour deux ans. Autre mesure, la suppression du passage devant les prud'hommes pour rompre le contrat d'apprentissage au-delà des 45 jours de période d'essai. Le Gouvernement souhaite assouplir la réglementation pour les apprentis mineurs en leur permettant de travailler au-delà de 35 heures, moyennant le paiement d'heures supplémentaires afin de faciliter leur intégration dans l'entreprise. Enfin, les formalités administratives liées à l'embauche pourraient être simplifiées en réformant la procédure d'enregistrement du contrat d'apprentissage.

Des mesures incitatives sont prévues pour les jeunes : une aide de 500 € pour passer le permis de conduire et la revalorisation de leur rémunération, qui devrait augmenter de 30 € net par mois. L'apprentissage sera ouvert aux jeunes jusqu'à 30 ans, au lieu de 26 ans aujourd'hui. Ceux de plus de 26 ans seront payés au minimum au niveau de smic comme pour le contrat de professionnalisation. Le projet de loi relatif à l'apprentissage devrait être présenté en conseil des ministres à la mi-avril.

#Apprentissage #Apprentis #EdouardPhilippe #MurielPenicaud

Pascale Carbillet