×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Une femme de chambre bientôt à l'Assemblée nationale ?

Hôtellerie - vendredi 10 juin 2022 11:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Chevilly-Larue (94) Rachel Kéké a été femme de chambre puis gouvernante pour le groupe Accor pendant dix-sept ans. Elle se présente aux législatives dans la 7e circonscription du Val-de-Marne avec le projet de défendre, entre autres, les petites mains de l'hôtellerie.



Rachel Kéké, en compagnie de Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, en visite vendredi 10 juin à Rungis.
© O. Guillotin
Rachel Kéké, en compagnie de Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, en visite vendredi 10 juin à Rungis.

À trois jours du premier tour des élections législatives, Rachel Kéké est matinale afin d’entamer une visite, dès 4 heures du matin, au marché d’intérêt national (MIN) de Rungis (Val-de-Marne) auprès des fournisseurs de l’hôtellerie-restauration, un secteur qu’elle connaît bien pour y avoir travaillé pendant dix-sept ans. Originaire de Côte-d'Ivoire et naturalisée en 2015, elle se définit comme une combattante. Entrée comme femme de chambre à temps partiel à l’Ibis des Batignolles (Paris, XVIIe) en 2003, elle y est devenue gouvernante, seize ans plus tard. Une évolution de carrière positive qui n’exclut pas un constat plus amer sur ses conditions pour y parvenir : “C'est un métier qui détruit le corps. Il y a des syndromes du canal carpien, des tendinites, des maux de dos...”, confiait-elle à l’AFP.

Une femme de chambre face à l’ancienne ministre des Sports

Rachel Kéké s'est fait connaître pendant la plus longue grève de l’histoire de l’hôtellerie, en 2019. En compagnie de 27 autres femmes de chambre, elle participe à une grève très médiatisée qui s’achèvera vingt-deux mois plus tard par une augmentation de salaire, le paiement des heures supplémentaires et une prime de repas, sans pour autant mettre fin à la sous-traitance que les grévistes dénonçaient. C’est à l’occasion de cette lutte qu’elle rencontre le député LFI, Eric Coquerel. Ce dernier voit en cette mère de cinq enfants une figure magnétique. Il va lui insuffler le goût de la politique et lui obtenir, pour les prochaines législatives, l’investiture de la Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) dans la circonscription où elle réside, à Chevilly-Larue (Val-de-Marne), face à l’ancienne ministre des Sport, Roxana Maracineanu.

Toujours en activité à l’hôtel Ibis des Batignolles, elle s’est mise en disponibilité pour se consacrer pleinement à une campagne décrite comme joyeuse et active. Si elle était élue le 19 juin prochain, elle serait la première femme de chambre à entrer à l’Assemblée nationale, où elle compte bien défendre les petites mains des CHR, celles qu’elle nomme les “invisibles”. Son coordinateur de campagne, Olivier Guillotin, y croit dur comme fer : “L’accueil sur le terrain et les sondages sont très positifs”.

#Ibis #RachelKeke #Legislatives


Francois Pont
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services