×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Suisse : des hôteliers frondeurs tiennent encore tête à Booking.com

Hôtellerie - vendredi 11 mars 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Valais (SUISSE) Pour se préserver de commissions jugées abusives, une poignée d'hôteliers helvètes , tous du même canton, se refusent à être présents sur la plateforme.



Anne-Françoise et Claude Buchs dans le salon de l'hôtel Bella Tola.
© Bella Tola
Anne-Françoise et Claude Buchs dans le salon de l'hôtel Bella Tola.

Le tissu hôtelier du Valais a une particularité, il est constitué de nombreuses petites entreprises familiales qui cherchent plus à être rentable qu’à faire du volume. Les grands hôtels, eux, sont attirés par les puissants systèmes de réservations.” Richard Kuonen, 65 ans, dirige l’hôtel Alpes et Rhône à Martigny. Le sexagénaire refuse d’être sur Booking.com même si cela le rend invisible sur le web. Mais il envisage que ses enfants puissent avoir, plus tard, une autre stratégie.

Même lorsque la clause de parité tarifaire existait et qu’elle nous empêchait de vendre nos chambres meilleur marché que sur la plateforme, je la contournais. Aujourd’hui, elle a été invalidée par l’État. Les clients de Booking.com sont les bienvenus ! Par contre, ils sont avertis qu’ils payeront beaucoup plus cher en réservant sur la plateforme plutôt que directement auprès de nous. Du coup, les anciens qui jouaient à faire les jeunes en pianotant sur Booking.com réservent de nouveau en direct”, s’amuse Claude Buchs, propriétaire de l’hôtel Bella Tora à Saint-Luc. Il parle d’une année record pour 2021 “avec le retour de la clientèle suisse en raison de la pandémie.”

Booking.com est venu nous dérouler des offres magnifiques, nous promettant que nous serions toujours pleins. Mais nous étions déjà complets, sans eux ! Et puis, en réalité, je préfère avoir une ou deux chambres non occupées et renoncer à 10 000 CHF [9 455 €] à l’année que de perdre 250 000 CHF [environ 236 400 €] de commissions inutiles. Pour remplir, les clients et leurs recommandations suffisent !”, explique d’une voix douce, Leni Müller, à la tête du 4 étoiles Cœur des Alpes dans la station de ski de Zermatt.

#Muller #Kuonen #Booking #Buchs #suisse

 

 

 


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services