×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Mémoires d'hôtelier : quand un directeur d'hôtel dénonce ses mauvais coucheurs

Hôtellerie - vendredi 10 septembre 2021 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Trouville-sur-Mer (14) À partir de ses notes prises pendant ses dix années d'exercice, entre 2008 et 2018, Denis Mayer-Boesch constate avec fatalité l'inflation des comportements déplacés. Il liste ses méthodes, parfois drôles, pour y faire face sans se départir d'un certain flegme.



Dans son livre, Mémoires d’hôtelier, Denis Mayer-Boesch dresse, sans concessions mais pas sans humour, un inventaire à la Prévert d'une partie de sa clientèle : les malpolis, les sans-gêne, les fourbes… L’ex-patron est arrivé dans l’hôtellerie en 2008, la défaveur d’un licenciement à la cinquantaine passée, et y a passé dix années. “J’étais directeur export. Après avoir été remercié, j’ai vendu mon appartement pour acquérir l’hôtel Le Trouville, un 2 étoiles de 15 chambres à Trouville-sur-Mer, dont j’appréciais l’esprit pension de famille. Notre clientèle était fidèle et attachante mais je l’ai vu changer. Elle s’est rajeunie au fil du temps avec des profils plus actifs.”

L'hôtelier est toutefois contraint de constater quelques changements regrettables dans l'attitude de ses clients : Les comportements se sont durcis avec de l’irrespect et de l’impolitesse, même chez les plus âgés. Celui des étrangers également, à l’image de ces Suédois qui, après avoir pris la précaution d’avaler un copieux ultime petit déjeuner, se sont présentés à moi avec un sac poubelle différent des nôtres, où logeaient opportunément quelques punaises de lit. La facture et son règlement offrirent peu d’indulgence à ces gredins”, raconte-t-il avec malice.

L’hôtelier, très inspiré par la lecture des mémoires d’un entrepreneur de pompes-funèbres, décide de consigner cette chronique humaine du quotidien spécifique à l’exercice de la profession d’hôtelier avec le projet d’en faire un livre. “Publié en 2020, mon livre intéresse au-delà de l’hôtellerie. Toutes les professions en contact avec le public partagent les mêmes anecdotes. Mon dentiste s’est beaucoup amusé. Il a retrouvé bien des comportements, comme cette capacité nouvelle à toujours tout négocier, même le prix d’une couronne”, s’amuse Denis Mayer-Boesch.

 

Mémoires d’hôtelier, de Denis Mayer-Boesch, éditions Baudelaire, 12 €

 

#DenisMayerBoesch 


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services