×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Krystel Blondeau (Louvre Hotels Group) : "La crise a accéléré les transformations en cours dans l'hôtellerie"

Hôtellerie - mardi 25 mai 2021 09:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

La directrice générale France du groupe - qui compte actuellement 1 600 hôtels dans le monde dont 1 213 en France, notamment dans les gammes économique et milieu de gamme - fait le point sur les innovations mises en place ces derniers mois : généralisation du click and collect, offre de coworking, création d'un hôtel 100 % connecté et lancement d'une marque de résidences long séjour.



L’Hôtellerie Restauration : Quel bilan faites-vous de l’année qui vient de s’écouler ?

Krystel Blondeau : Nous avons vécu une crise rapide, profonde et inédite. Néanmoins, nous avions le recul et l’expérience de la Chine, puisque notre actionnaire, Jin Jiang International est basé en Chine et est le 2e groupe hôtelier mondial. Cela nous a permis de nous organiser rapidement, en trois phases parallèles avec trois équipes dédiées : une phase de crise, tout d’abord, pour faire face aux événements et mettre en place des actions rapides auprès de nos établissements. Ensuite, une phase de contingence, pour rationaliser nos coûts et investissements, alors que nous n’avions alors aucune visibilité sur les aides qui allaient nous être accordées. Enfin, un plan de relance, pour anticiper et intégrer les mutations profondes de la société et les attentes de nos clients en réfléchissant à de nouvelles offres, concepts et produits.

Nous avons ensuite connu un très bel été en ce qui concerne la clientèle loisirs, mais plus dur pour la clientèle d’affaires même si nous avons conservé une partie de nos habitués, qui travaillent dans le BTP, la logistique, et qui ont continué de fréquenter nos hôtels pendant les confinements successifs.

En chinois, le mot crise est constitué de deux idéogrammes : l’un signifie danger et l’autre opportunité. Je trouve que cela résume vraiment bien ce que l’on a vécu. Nous avons dû nous adapter et nous l’avons fait certainement plus rapidement que si nous n’avions pas connu cette crise, par exemple avec la mise en place du click and collect, des plateaux repas gourmands, du coworking, du room service…

 

Avez-vous dû fermer beaucoup d’hôtels ?

Lors du premier confinement, nous avons fermé 90 % de notre parc. En revanche, nous avons opté pour la politique du premier à rouvrir, pour être prêts à accueillir tous les clients ayant besoin d’un logement et gagner en notoriété. Aujourd’hui, 100 % de nos hôtels économiques et super-économiques sont ouverts. Lors des derniers confinements, nous avons préféré, sur certaines villes, fermer le week-end, car la clientèle était moins présente.

 

À l’heure de la réouverture, comment cela se passe-t-il concernant vos équipes ?

Nous avons signé un accord unique dans le secteur, ratifié par l’ensemble de nos organisations syndicales, concernant l’activité partielle de longue durée. Nous nous sommes engagés à maintenir les emplois jusqu’à septembre prochain, ce qui nous a permis de préserver nos équipes, de les garder mobilisées et d’éviter la fuite des talents. Nous avons également organisé des formations en cuisine via notre université Chaud Devant ! ouverte à Rungis il y a un peu plus d’un an, mais aussi en ligne, sur le management, la gestion du télétravail, ou encore l’optimisation de nos outils.

 

Quels sont les développements et innovations en cours ?

Nous avons poursuivi notre développement ces derniers mois, avec 70 nouveaux établissements dans le groupe cette année. Côté innovations, nous avons beaucoup travaillé ces derniers mois sur notre projet d’hôtel 100 % connecté, le Campanile Smart, qui vient d’ouvrir à Lyon-Bron. C’est le premier hôtel européen de ce type sur le segment midscale, proposant des innovations au service du client, des équipes de l’hôtel et du développement durable. Au total, ce sont 15 technologies disséminées tout au long du parcours client pour un séjour plus fluide, sûr et  ludique. 

Dans l’optique de diversifier notre offre sur le long séjour, nous avons également lancé la marque Tulip Résidences, avec un premier établissement récemment ouvert à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Le prochain ouvrira cet été en Pologne, à Varsovie. Ces résidences sont composées de studios et de deux pièces, en catégorie 3 étoiles, avec des espaces de coworking, une offre de restauration et une salle de yoga. Nous visons trente ouvertures d’ici à cinq ans.

Enfin, nous venons de lancer notre concept de chambre sportive Fit Up en partenariat avec Decathlon Pro et l'application de coaching TrainMe. Il propose des cours uniques fait par des coachs certifiés ainsi qu’un espace 'FitWall' composé de tout le matériel nécessaire (altères, balle de tirage, tapis, etc.) C’est une offre inédite dans le segment milieu de gamme que nous testons actuellement dans trois hôtels en région parisienne.

Nous souhaitons, à travers ces innovations, faire vivre à nos clients des expériences différentes, plus riches, plus étonnantes, qui ont pris en compte les mutations post-crise et donneront une valeur ajoutée à notre hôtellerie. Demain, dans nos hôtels, en plus de se restaurer et de dormir, il sera possible de travailler, de se ressourcer, de faire du sport… Cette crise nous a obligés à nous interroger et à prendre de la hauteur, et elle a accéléré les transformations qui étaient déjà en cours dans l’hôtellerie.

 

Comment envisagez-vous la reprise pour les mois à venir ? 

La clientèle loisirs, qui était absente durant les confinements successifs, revient fortement sur toute la façade atlantique et normande. Nos enseignes économiques et milieu de gamme enregistrent des chiffres encourageants. Je pense que nous allons avoir un très bel été. Nous observerons attentivement ce qui se passera en fin d’année pour la clientèle d’affaires et événementielle, pour lesquelles la reprise sera certainement moins rapide. Nous sommes optimistes, mais prudents.

 

#LouvreHotelsGroup #reprise


Roselyne Douillet