×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Retour d'expérience : "Nous avons cumulé Covid et incendie la première année d'exploitation de notre hôtel"

Hôtellerie - mardi 23 février 2021 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Ile d'Aix (17) L'hôtel Napoléon est le seul de l'ile d'Aix (Charente-Maritime). Les nouveaux propriétaires, qui ont repris l'établissement fin 2019, ont dû affronter le premier confinement, puis un arrêt brutal de la saison avec l'incendie de leur cuisine mi-septembre. Ils restent optimistes malgré tout et préparent la prochaine saison.



En face de Fouras, non loin du Fort Boyard, l’île d’Aix est un petit paradis de 3 km de long, sans voiture, accessible par bateau. Elle compte environ 250 habitants à l’année et un unique hôtel emblématique, le Napoléon. Trois couples de la même famille - trois sœurs, insulaires, et leurs compagnons - ont décidé de racheter l’hôtel-restaurant de 18 chambres en décembre 2019. "Nous pensons depuis longtemps à un projet en commun, et là, c’était le bon moment dans nos vies respectives. Plusieurs travaillaient déjà dans la restauration. Tony (Papin) tient un restaurant sur l’île depuis dix ans et fabrique aussi la bière d’Aix", raconte Franck Chabaud, responsable de l’hôtel avec l’une de ses belles-sœurs. Les six propriétaires-associés - Alison et Audrey Potigny, Lucile Vareille, Geoffrey Ladouce, Tony Papin et Franck Chabaud - sont complémentaires. Les tâches se sont réparties naturellement, en fonction des connaissances et des affinités par secteur. "Travailler en famille sur l’île est une chance unique dans une vie. Il n’y a pas de compétition entre nous, nous n’avons rien à prouver, et nous retrouvons naturellement dans le travail une complicité déjà installée. Nous voulons tous avancer dans une bonne ambiance, c’est fluide. C’est un atout en temps de crise", souligne-t-il.

Une belle saison malgré les embûches

Les nouveaux propriétaires n’ont pas été épargnés lors de ces premiers mois d’exploitation. L’hôtel était prêt à ouvrir en mars lorsque le premier confinement a été déclaré. Les clients sont arrivés fin mai. Les associés ont tout de même pu réaliser "une très belle saison". Le restaurant L’Insulaire, avec sa grande terrasse, compte 120 couverts. "Nous sommes montés à près de 600 couverts par jour au pic de la saison. Il faut savoir que l’île accueille entre 6 000 et 8 000 touristes par jour en été !", indique Franck Chabaud. Mais le 14 septembre dans la nuit, un incendie - parti d’un court-circuit dans un faux plafond - a ravagé la cuisine de 90 m2 du restaurant. L’hôtel était complet à ce moment-là. "Nous avons évacué les clients sans panique, et pu les reloger rapidement à proximité, dans une colonie de vacances", raconte-t-il. L’établissement a dû fermer deux mois avant la fin de la saison, prévue mi-novembre. Il a fallu ensuite gérer les expertises, les assurances, ainsi que les remboursements et les reports des clients, car l’hôtel affichait complet jusqu’à fin septembre.

Préparer la nouvelle saison

Les associés espèrent rouvrir début avril. Depuis janvier, la cuisine est en réhabilitation. L’hôtel a été peu touché par l’incendie, mais il a fallu entièrement le désinfecter avec des ionisateurs. Des travaux de décoration sont en cours dans les chambres. "Il reste difficile de se projeter actuellement, mais nous savons que nous avons entre les mains un bien rare. Nous réfléchissons à la façon dont nous voulons accueillir les clients, à la diversification de l’activité. Hors saison, nous voulons développer un coté artistique : accueillir des séminaires d’écriture, des cours de théâtre, des peintres par exemple. L’ile est propice à l’évasion, à la coupure", remarque Franck Chabaud. L’équipe aimerait ouvrir à l’année pour les touristes et les locaux, pour dynamiser cette île où tout est fermé hors saison.

#hotelNapoleon #iledAix 


Laetitia Bonnet Mundschau
https://www.hotel-ile-aix.com/
Tél. : 05 46 84 00 77

Journal & Magazine
Services