×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

La crise sanitaire contraint les architectes à repenser l'hospitalité

Hôtellerie - lundi 30 novembre 2020 10:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Distanciation sociale, règles d'hygiène renforcées, port du masque… la donne a changé dans les hôtels et les restaurants. Pour les architectes et architectes d'intérieur, il faut adapter les établissements à ces nouvelles contraintes, quitte à faire évoluer leur positionnement. Explications.



Il a voulu prendre du recul. Sur la crise sanitaire, mais aussi sur son métier et l’approche qu’il a d’un projet d’hôtel ou de restaurant. Architecte d’intérieur, Michael Malapert, vient de rédiger une tribune en ce sens. Dans ce texte, il explique que la crise va “précipiter des transitions déjà en œuvre dans la société”. Concernant l’hôtellerie, il reconnaît que le secteur a déjà amorcé un virage en devenant peu à peu “un lieu de vie” (voir encadré). À l’instar de l’hôtel Chouchou, que Michael Malapert a réalisé à Paris (IXe), où se côtoient “salles de réunion, bassins à louer à l’heure, chambres, cabine photo, bar, food-stands, scène de spectacles”. Un positionnement qui devient d’autant plus pertinent aujourd’hui, pour attirer une clientèle de proximité. L’architecte d’intérieur poursuit sa réflexion en pointant “la dématérialisation des process”, avec “check in, check out et accès à la chambre directement depuis le mobile”. Il suggère en plus “une application à télécharger pour commander un repas ou réserver un soin”, voire la mise en place de portes coulissantes et de robinets à déclenchement automatique “pour limiter les surfaces de contact”. Selon lui, “l’hôtel doit être aussi rassurant qu’un deuxième chez soi”. Ce qui est le cas au Chouchou, où des flux sépares ont été créés entre les lieux de vie et les chambres, tout en maintenant les espaces connectés entre eux “grâce à des cloisons mobiles et vitrées.”

 

Replacer la cuisine en façade

Quant aux restaurants, Michael Malapert les voit poursuivre, eux aussi, leur digitalisation, ainsi que le click and collect. À l’image du concept qu’il a imaginé pour la boutique du chef pâtissier Cédric Grolet, avenue de l’Opéra à Paris (IIe). Michael Malapert parle de “flux à étudier, afin de dissocier un lieu d’expérience pour la consommation sur place, d’un espace dédié à l’envoi de plats qui partent en livraison”. Il suggère alors de “replacer la cuisine en façade pour envoyer les commandes aussi bien en salle que dans la rue”. Enfin, pour transmettre l’expérience de la dégustation in situ dans la vente à emporter, “on peut imaginer des applications ou un site internet capables de mettre à disposition les recettes du chef, la playlist de la salle ou encore des images de la cuisine en direct.

 

#CriseSanitaire #Covid19 #Hospitalite #MichaelMalapert 


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services