×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

#Coronavirus : quel accueil dans les hôtels après la crise ?

Hôtellerie - mardi 19 mai 2020 09:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Masques, protections en plexiglass, gestes barrières… l'accueil hôtelier risque de perdre en convivialité à l'issue du confinement. Comment y remédier ? Groupes et indépendants se préparent. Détails de quelques plans de bataille.




“Un sourire s’entend au téléphone. Il doit aussi se voir derrière un masque”, confie Jean-Charles Delgado. Le directeur général du groupe Accor pour la France et l’Europe du Sud rappelle que l’hôtellerie véhicule des valeurs liées aux mots “plaisir, optimisme, générosité, empathie, authenticité”. Alors il faut “rassurer les clients” sur le maintien de cet état d’esprit durant la période de sortie de crise qui s’annonce.

Pour cela, chez Accor, de nouveaux messages tels “Vous nous avez manqué” ou “On est heureux de se retrouver” vont recouvrir les murs des lobbys. Une façon de compenser un check-in qui sera  “le plus court possible”, entre marquages au sol, cloisons de plexiglas et gestes barrières. Aux gants, bon nombre d’hôteliers préfèrent le lavage des mains, jugé “plus sûr”. “Ce sera un peu compliqué au début”, reconnaît Pascal Macé, à la tête du réseau d’hôteliers indépendants Citotel. Il fait allusion au nettoyage des clés et serrures des chambres, mais aussi au TPE recouvert d’un film plastique et nettoyé à chaque utilisation. De nouveaux gestes à apprivoiser. “Par la suite, on trouvera des masques un peu plus colorés à proposer aux équipes”, promet Pascal Macé. Même volonté de dénicher “les masques les plus élégants possible”, pour Thomas Couet, directeur de l’hôtel 21 Foch, à Angers (Maine-et-Loire). Au Sinner, à Paris (IIIe), hôtel 5 étoiles, “bientôt nos masques seront noirs”, prévient Emmanuel Sauvage, directeur général et cofondateur du groupe Evok. Noirs pour coller à l’univers décalé de l’établissement imaginé par l’architecte d’intérieur Tristan Auer. Car à chaque hôtel du groupe correspond “un style de luxe et donc un déconfinement”, souligne Emmanuel Sauvage. Au Brach (XVIe), par exemple, le déconfinement sera “décontracté”, avec un réaménagement des espaces de restauration et de nouvelles offres. Un optimisme clairement affiché qui fait écho au constat de Jean-Philippe Nuel. Dans un récent webinaire (voir ci-contre), l’architecte d’intérieur a parlé d’hôteliers “qui souhaitent profiter de cette période pour proposer un regard neuf une fois sortis de la crise” : “Ils partent du principe que les clients auront besoin de toucher et voir quelque chose de nouveau, tel un hôtel du monde d’après.”

 

“Vivre sans climatisation, plus écologique”

Accueillir, c’est aussi donner la possibilité de choisir. Choisir de mettre en marche la climatisation dans sa chambre, par exemple. Dans le secteur du luxe, impossible de ne pas offrir cette possibilité. Chez Accor, les enseignes MGallery, Sofitel et Pullman proposent même un kit en chambre, avec masque, gel hydroalcoolique et gants. Mais Pascal Macé, lui, préconise plutôt aux indépendants de Citotel de ne pas mettre en route la climatisation : “C’est du bon sens”, dit-il. “On ne la remettra pas dans nos restaurants, ni dans les zones publiques”, précise Emmanuel Sauvage. Le patron d’Evok ajoute : “Vivre sans climatisation, c’est plus écologique. Il ne faut pas abandonner ce sujet-là, même en situation de crise.” Reste qu’Accor s’apprête à emballer et sceller tous les peignoirs à disposition dans ses hôtels, alors que le groupe venait de débuter une campagne anti-plastique à usage unique.

 

La fin des buffets et des cuisines ouvertes

Entre guide de bonne conduite pour les équipes et autre charte destinée aux clients, les hôteliers y vont de leurs recommandations. Tous admettent que celles-ci vont évoluer au gré du déconfinement. En attendant, c’est la fin des buffets et des cuisines ouvertes. Au 21 Foch, le petit déjeuner était déjà servi à table, mais les fourneaux du chef étoilé Pascal Favre d’Anne seront désormais cachés par une cloison coulissante. Changement de cap, d’attitudes et d’habitudes, “dont certaines vont rester au niveau de l’accueil”, commente Jean-Charles Delgado. Il fait allusion aux check-in, check-out et paiement en ligne, mais aussi au code reçu sur son téléphone pour rentrer dans une chambre.

 

#Coronavirus #GestesBarrieres #Confinement


Anne Eveillard