×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

#Coronavirus : Dans le quotidien des rares hôtels en activité

Hôtellerie - jeudi 26 mars 2020 15:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) Seulement 10 % des hôtels en France seraient toujours ouverts, soit moins de 2 000 établissements. Ont-ils des clients ? Comment les accueillent-t-ils ? Quelles sont les perspectives de remplissage dans ce contexte de crise sanitaire ? Deux hôteliers nous répondent.



En ce moment, chaque jour, j’ai dix annulations et trois demandes de réservation. Pour ces dernières, il s’agit d’habitués lyonnais à qui je rappelle que nous sommes en période de confinement. Hier, mes 100 chambres étaient vides et j’ai dû refuser la réservation de quatre chambres car il m’en faut, à minima, cinq pour pouvoir ouvrir”, constate Laurent Duc qui dirige l’hôtel Ariana à Villeurbanne (Rhône). Contrairement aux restaurants, cafés et bars, contraints de fermer jusqu’au 15 avril en raison de l’épidémie de Covid-19, les hôtels peuvent eux poursuivre leur activité. Face à l’ampleur de cette crise sanitaire, de nombreux établissements, indépendants ou de grands groupes, se sont mobilisés et portés volontaires pour accueillir le personnel soignant, des ressortissants étrangers bloqués en France, les personnes vulnérables…

 

Des tarifs encadrés

Le 24 mars, nous avons délimité un accord-cadre avec le Gouvernement qui encadre l’activité des hôteliers pendant la crise sanitaire. Nous faisons l’inventaire des confrères qui acceptent de travailler avec l’État. Pour ma part, je suis volontaire pour mettre à disposition la moitié de mes chambres pour accueillir du personnel soignant, des militaires… sur demande de la préfecture. Les tarifs des nuitées sont encadrés, entre 30 et 75 € selon la catégorie. Dans mons hôtel, ce sera 60 € la chambre, bien en dessous du tarif normal. Une partie de mon hébergement ne peut être louée pour des raisons sanitaires puisqu’après le départ d’un visiteur, la chambre ne peut être relouée avant 24 heures pour que les traces éventuelles de virus s’éteignent. Une sorte de jachère sanitaire. En outre, pour les mêmes raisons, elle ne peut être nettoyée qu’au dernier moment pour ne pas exposer les femmes de chambre à des résidus de coronavirus qui peut résister des heures sur certaines surfaces”, précise Laurent Duc, qui préside la branche hôtelière de l’Umih.

Caroline Combet, qui exploite deux hôtels à Lyon, s’est elle aussi mobilisée. “Les deux sont fermés en ce moment. Nous avons mis à disposition des autorités l’hôtel de Noailles, dans le centre. Nous sommes à côté du centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc. Nous sommes volontaires pour accueillir toutes les personnes qui peuvent être utiles dans le contexte actuel. Ce n’est pas une question de louer des chambres. Nous avons reçu le prix conventionné pour une chambre en trois étoiles sans même nous en rappeler. Chaufferie, eau, matériel, tout tourne au ralenti et peut donc être réactivé en 24 heures. Il reste juste à savoir si les employés seront volontaires”, explique-t-elle.

 

La réceptionniste derrière un plexiglas et un ascenseur à usage unique

À l’hôtel Ariana, Laurent Duc emploie aujourd’hui uniquement un homme d’entretien et une réceptionniste “un jour sur deux pour gérer les flux”. Mais dans l’hypothèse d’un retour d’activité sur demande de la préfecture, les procédures d’accueil sont bien calées. “Il y a un plexiglas devant la réceptionniste qui sera la seule en contact avec les clients. Une zone de distanciation d’un mètre fait l’objet d’un marquage au sol devant la réception. Les employés prennent l’ascenseur de service alors que les visiteurs prennent celui des clients mais un par un. Les petits déjeuners sont déposés, sans contact, devant les portes. Les produits sont manipulés à la pince. Les croissants sortent du four à 180 °C. Et aucun employé malade ne travaille. L’hôtel ne dispose d’aucun lieu de rassemblement et les chambres sont nettoyées seulement une fois par semaine, 3 heures minimum après le départ du client”, insiste Laurent Duc.

#Lyon #Coronavirus #LaurentDuc #CamilleCombet


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3782 -
30 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services