×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

À Courchevel, le Kilimandjaro cède la place au K2 Altitude

Hôtellerie - mardi 7 février 2017 11:18
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Ouvert il y a quinze ans, l'établissement apportait un souffle nouveau à l'hôtellerie de la station. Entièrement repensé, il ouvre cette saison une nouvelle page de son histoire avec un nouveau nom.



Le lobby du K2 Altitude.
Le lobby du K2 Altitude.

Il y a quinze ans, le Kilimandjaro, un 5 étoiles lancé par Suzanne et Philippe Cappezone et leur associé anglais, Stanley Fink, ne manquait pas de surprendre à Courchevel (Savoie) avec ses 11 chalets et un lobby principal. LeK2 a suivi en décembre 2011, imaginé par les mêmes investisseurs sur le principe de cinq chalets. En 2014, il obtient le classement palace. Quant au chef Nicolas Sale, il a raflé deux fois 2 étoiles Michelin, pour le Kilimandjaro puis pour le K2. La famille Cappezone aurait pu en rester là. Mais après quinze ans seulement d'exploitation, la famille décide de remplacer l'hôtel 5 étoiles et son étoilé. En seulement neuf mois, c'est chose faite. Le résultat donne une unité de nom et une signature commune aux deux établissements.


Projet ambitieux

Pour ce projet, leur fils, Thomas Cappezone, formé à l'architecture d'intérieur à Londres, a eu carte blanche. On y trouve, sur 8 000 m2, 32 chambres de 27 à 85 m2, une suite de 140 m2, un spa, un ski shop, une salle de cinéma et une salle de jeux très prisée des enfants. Équipée pour tous les âges, elle a beaucoup séduit les premiers clients de la saison.

Coté restauration souffle aussi un vent nouveau. Nicolas Sale, parti au Ritz à Paris après une moisson d'étoiles, a cédé sa place à Gatien Demczyna en cuisine et Sébastien Vauxion pour la pâtisserie. Trois espaces restauration, un de plus que l'ancien Kilimandjaro, offre plus de choix aux clients. La terrasse chauffée à l'arrivée des pistes, baptisée le Base Kamp, est ouverte pour le déjeuner et les goûters. Le nouveau restaurant, le Cima, permet une alternative au gastronomique. Ce dernier, le Montgomerie, du nom de l'alpiniste qui baptisa le K2 en 1856, est ouvert uniquement le soir. Objectif affiché : reconquérir l'étoile Michelin.


Fleur Tari
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services