×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Réussite : Benjamin Camus-Durand, plus jeune chef concierge Clefs d'or du monde

Hôtellerie - lundi 26 septembre 2016 09:22
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Exception à la française, Benjamin Camus-Durand dirige la loge de l'hôtel Le Roch, à Paris, à tout juste 25 ans. Pour ce jeune concierge Clefs d'or, la base de son carnet d'adresses "c'est Google".



Quand il était au lycée, la politique le tentait. "Après réflexion, j'ai préféré m'orienter vers un métier plus honnête", confie Benjamin Camus-Durand en souriant. Son bac S en poche, l'hôtellerie l'attire, en particulier la conciergerie. "J'ai regardé sur internet quelle école je pouvais faire. À Paris, j'ai trouvé l'Institut de conciergerie internationale. Je suis allé aux portes ouvertes, ça m'a plu. J'ai déposé un dossier et j'ai été pris." Quand ce fils de journalistes raconte ses premiers pas dans le métier, on a l'impression que tout était déjà planifié. Pas du tout. "Je ne connaissais rien au secteur". La suite ? Sa première année de formation mêle cours théoriques sur l'hôtellerie et stage de six mois qu'il va faire au Péra, un 4 étoiles rue de Caumartin (IXe), puis au Royal Garden Hotel à Londres.


Le chef concierge Olivier Rouy, son mentor

De retour à Paris pour sa deuxième année d'études, il enchaîne à nouveau six mois de théorie et six mois de stage. Il choisit la conciergerie du Burgundy, à Paris (Ier). Il s'y plait et apprécie "la clientèle d'habitués". Si bien qu'il décroche son premier job de concierge dans ce 5 étoiles. Mais, à 19 ans, Benjamin Camus-Durand a soif de découverte. Curieux de tout, il veut bouger. Surtout que le Prince de Galles (VIIIe) s'apprête à rouvrir ses portes après une vague de travaux. Il se met sur les rangs. Il est pris. Il croise alors la route du chef concierge Olivier Rouy,
son "mentor", et celle d'Emmanuel Blanchemanche, directeur adjoint du Prince de Galles. Au bout d'un an et demi et sous l'influence d'Olivier Rouy, Benjamin Camus-Durand décide de tenter l'aventure du Peninsula, sur le point d'ouvrir avenue Kléber (XVIe). Il envoie une lettre de motivation, passe un entretien et signe un contrat. "En trois ans, je suis passé d'une loge de trois concierges au Burgundy à une de sept au Prince de Galles, pour finir dans une loge de quinze concierges au Peninsula", observe-t-il. L'ascension est rapide. Son aisance, son charisme, son efficacité sont ses meilleurs atouts. C'est au Peninsula qu'il devient clefs d'or. Il n'a que 23 ans. Ses parrains ? Olivier Rouy et Marie-Liesse Thery, actuelle chef concierge au Prince de Galles.


Une nouvelle tâche : gérer le compte Instagram de l'hôtel

Début 2016, Emmanuel Blanchemanche l'appelle. Nommé directeur général de l'hôtel Le Roch (Ier), un 5 étoiles de 37 chambres décoré par Sarah Lavoine, il cherche un chef concierge. Benjamin Camus-Durand accepte le challenge. "Aujourd'hui, j'ai un rôle de manager que je n'avais pas avant. Je gère une loge où deux concierges travaillent sous ma responsabilité. Je reçois des CV, j'assure des entretiens, je recrute et je transmets un savoir, une expérience, parfois à des gens plus âgés que moi". 
Parmi ses autres tâches : gérer le compte Instagram de l'hôtel. Car les réseaux sociaux, ça le connaît. Son compte Instagram personnel flirte avec les 7 500 followers. Quant à celui du Roch, sous son impulsion, il est passé en quatre mois de moins de 200 followers à plus de 1 100. La jeunesse de Benjamin Camus-Durand engendre aussi une maîtrise innée du web. D'ailleurs, concernant son carnet d'adresses de chef concierge, il assume avoir recours à Google pour amorcer une recherche. "C'est ma base de départ. Après, je vais sur place, par exemple pour avoir les prénoms des directeurs de salle de certains restaurants en vue. Car c'est encore comme ça que je vais pouvoir mettre un client sur liste d'attente ou obtenir l'une des meilleures tables."

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services