×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Attractivité : l'optimisme affiché de l'Institut Paul Bocuse

Formation - Écoles - lundi 14 février 2022 09:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Présent au salon Studyrama à Paris, le 22 janvier 2022, Dominique Giraudier s'est dit confiant en l'avenir. Le directeur général de l'Institut Paul Bocuse ne constate aucune désaffection des jeunes pour le secteur des CHR. Au contraire...




Ils étaient nombreux, le 22 janvier dernier, à arpenter les allées du salon Studyrama à l’Espace Champerret, à Paris (XVIIe). Beaucoup de jeunes, souvent accompagnés d’au moins un parent, ont profité d’une session dédiée aux formations « Tourisme et hôtellerie-restauration », pour découvrir les métiers de l’hospitalité et prendre le pouls d’un secteur bousculé depuis le début de la pandémie. À l’instar de cette adolescente, venue avec sa mère, demander des informations sur les cursus proposés à l’Institut Paul Bocuse. Passionnée par la cuisine, elle veut en faire son métier. Quant à sa mère, elle questionne sur la vie du campus, les horaires, les stages… « Les parents ont besoin d’être rassurés », reconnaît Dominique Giraudier. Directeur général de l’Institut Paul Bocuse, il ajoute que la crise sanitaire et « le contexte tendu » n’ont pas conduit à une désaffection des jeunes pour les CHR. « Nous ne sommes pas face à une problème d’attractivité, poursuit-il. Nous continuons d’avoir de bons candidats, même si le secteur souffre d’une image négative actuellement. Et ce pour deux raisons : tout d’abord, la crise sanitaire qui nous contraint d’attendre 2024 pour retrouver une tendance touristique positive. Ensuite, les métiers de l’hospitalité n’ont pas suffisamment pris en compte l’évolution de notre société. »

« Le management historique et militaire est dépassé »

Cette prise de conscience pousse l’Institut Paul Bocuse à réagir et prendre position. « En mars prochain, nous organisons un symposium sur la problématique de l’environnement managerial inadapté aujourd’hui dans l’hôtellerie et la restauration », détaille Dominique Giraudier, favorable à « un changement culturel profond ». « Le management historique et militaire est dépassé. Chacun cherche du sens dans son travail. Il faut nous adapter aux attentes des nouvelles générations », souligne-t-il encore. Avis partagé par Anne Poinsignon, responsable promotion et recrutement au sein de l’Institut Paul Bocuse. Elle parle d’« esprit de famille », « convivialité » et « vie ensemble » sur le campus d’Écully (Rhône). Un campus qui accueille quelque 1 200 étudiants de 72 nationalités différentes. Un campus qui reçoit près de 8 000 dossiers de candidature pour 400 places seulement. Un campus, enfin, qui va s’agrandir dès septembre 2022 et passer de 12% d’élèves boursiers à 30% d’ici à 5 ans.


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Informatique et nouvelles technologies en CHR
par Thierry Longeau
Services