×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Les raisins n'étaient pas mûrs

Formation - Écoles - lundi 27 septembre 2021 06:40
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


Les Bac Professionnel Restaurant du lycée Valéry Larbaud dans les vignes
Les Bac Professionnel Restaurant du lycée Valéry Larbaud dans les vignes

Les élèves de Terminale Bac Professionnel Restaurant du lycée Valéry Larbaud ont eu la chance de découvrir le  « Conservatoire des cépages anciens de Chareil-Cintrat ». Mercredi 15 septembre, organisation oblige, c’était jour de cours dans les vignes, sous un ciel de pluie. La leçon cette année était, pour commencer, une belle leçon de nature ;  « ha bon !  On ne peut pas vendanger ? » Les élèves étaient frustrés mais rien à faire... les raisins n’étaient pas mûrs !

Qu’à cela ne tienne, il restait encore beaucoup à expérimenter ! Cette année, Fabien Malavaud, nouveau président de l’association du Conservatoire des cépages anciens, a guidé le groupe à travers la parcelle de vigne. « Comment sait-on que les raisins sont prêts à être vendangés ? » s’interrogeait Marie-Noëlle Roblin, enseignante.  « La maturité est atteinte lorsque le rapport sucre et acidité est équilibré, mais ça, c’est la météo qui décide « ! répondait Fabien Malavaud. 

« On prend la mesure du travail de la vigne tout au long de l’année, on découvre les cépages, blancs et rouges, une douzaine de cépages différents, on goûte un grain de Meslier-Saint-François, un grain de Tressalier, puis du Pinot Gris et du Saint-Pierre-Doré... C’est magique, ils sont tous différents ! Moi, je trouve celui-là très acide, hum... celui-là j’adore, il est très sucré ! » poursuivait-il. « Celui-ci est affreux... » s’exclame un élève en crachant ! « C’est normal, c’est du verjus, un raisin vert, qui ne mûrira pas ! » concluait le président. 

Place à la dégustation. Tout le monde est descendu dans la cave du château, pour un instant solennel autour de la cuvée du conservatoire, un assemblage de 10 cépages blancs,  vin aromatique et complexe que les élèves décrivaient admirablement, parfait pour le vendre au restaurant de leur lycée Valery Larbaud !

Impossible de quitter la vigne sans passer par le château. D’architecture en grotesque, aux côtés d’Adonis et de Cupidon, Vincent Robert,  guide conférencier, a conté quelques merveilleuses histoires de la mythologie gréco-romaine.

C’est avec une pensée pour Dionysos et Bacchus, qu’élèves et enseignants ont dû se résoudre à quitter ce site enchanteur ; sans omettre de remercier les intervenants pour cette page de culture si vivante.

#Larbaud #Rentree #Vigne #Integration

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services