×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

#Coronavirus : l'Etat va financer les formations des salariés en chômage partiel

Formation - Écoles - mardi 14 avril 2020 09:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Le point avec Hervé Bécam, président d'AKTO (opérateur de compétence qui regroupe 32 branches dont celle de l'hôtellerie et de la restauration) et vice-président confédéral de l'Umih.



Hervé Bécam.
Hervé Bécam.

L’Etat va financer les formations des salariés en chômage partiel pour que « les entreprises continuent à investir dans les compétences » en utlisant notamment le Fonds national de l’Emploi. Dans quelle mesure ? 

Durant cette période, les entreprises et les salariés ont toujours la possibilité de mobiliser les dispositifs de formation gérés par AKTO. Nous avons référencé une offre de formation à distance et le AKTO-réseau Fafih travaille en étroite collaboration avec la profession pour promouvoir cette offre et renforcé les moyens à disposition des entreprises. Quant au Fonds national de l’Emploi (FNE), il pouvait déjà être utilisé par les entreprises mais dans un cadre plus contraint que celui qui vient d’être proposé.

Le ministère du Travail a indiqué qu’une convention simplifiée sera possible à partir de ce mardi 14 avril entre l’entreprise ou l’OPCO, et les directions régionales du travail. Concrètement, comment cela va-t-il se passer ? 

Le Ministère a bien conscience que dans ces périodes compliquées pour notre pays, toutes nouvelles charges administratives et financières pour les entreprises seraient contreproductives. La très bonne nouvelle, c’est que ce FNE est désormais ouvert à toutes les entreprises sans distinction de taille alors qu’il était limité aux - 250 salariés auparavant. Il y a deux façons de bénéficier aujourd’hui du FNE, faire des demandes individuelles auprès de la DIRECCTE, soit s’inscrire dans une demande collective avec le concours d’AKTO qui servira alors d’intermédiaire. Les services y travaillent déjà dans l’attente des dernières modalités.

Quelles seront les formations éligibles et comment être sûr de la qualité de la formation ?

Pour ce FNE, que je qualifie d’exceptionnel comme la situation que nous vivons, toutes les formations sont éligibles dès lors qu’elles se font à distance. De la formation courte à la formation diplômante, toutes sont éligibles sauf bien sur les formations qui relèvent des obligations strictes de l’entreprise. Il s’agit bien de permettre aux salariés de monter en compétence pour préparer la reprise d’activité dans les meilleures dispositions possibles. Être sûr de la qualité reste toujours une question récurrente en formation, cela vaut autant pour les formations à distance que pour les formations en présentiel.

Quels conseils allez-vous donner aux entreprises ?

Je m’autoriserais à leur en donner 3 : en 1 d’abord connaître ce qui peut se faire en formation à distance, toutes les informations se trouvent sur le site d’AKTO. En 2 proposer aux salariés la liste des formations sélectionnées, pour recueillir les accords et peut-être déceler d’autres besoins. En 3, en cas de doute, appeler son conseiller Akto qui reste le meilleur conseil pour accompagner l’entreprise dans le choix de son offre et celui des mesures financières.

#coronavirus #virus #covid19 #Akto #HerveBecam #formationprofessionnelle


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services