×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Première prise de parole officielle des dirigeants de l'OPCO des entreprises à forte intensité de main-d'oeuvre

Formation - Écoles - lundi 6 mai 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Une directrice opérationnelle va désormais piloter les travaux de construction de cet OPCO qui réunit 32 branches, dont les CHR.



De g à d : Hervé Becam, Valérie Sort, Jamil Aït-Idir.
De g à d : Hervé Becam, Valérie Sort, Jamil Aït-Idir.

L’OPCO (opérateur de compétences) des entreprises à forte intensité de main-d’œuvre réunit 32 branches dont les principales sont le travail temporaire, la propreté, le commerce de gros et les CHR. Début avril, un bureau a été constitué. Hervé Bécam pour le collège patronal et Jamil Aït-Idir pour collège salarial ont été respectivement élus président et vice-président. Les deux hommes ont présenté vendredi 3 mai, au lendemain du 2ème conseil d’administration, l’avancée des travaux. « Il ne s’agit pas de transformer les ex-OPCA mais de construire une maison collective » ont-ils insisté. Pour ce faire, une directrice opérationnelle a été nommée. Des chantiers essentiels attendent Valérie Sort, qui va devoir réunir les compétences, mettre en place la réforme en respectant les délais du calendrier social, accompagner les partenaires sociaux dans leur vision stratégique, réfléchir avec l’ensemble des acteurs au choix du modèle économique de la nouvelle entité dont le périmètre porte sur les ex-OPCA devenues associations : Fafih, une partie des branches d’Opcalia, FAF-TT, Intergros et une délégation en propreté (transport et services). L’état d’esprit est bon assurent les dirigeants de l’OPCO même si sa construction est délicate compte tenu de la diversité des métiers. « Nous avons en commun la relation humaine, les opérateurs de nos entreprises sont en contact direct avec leurs clients. Ce sont aussi des métiers qui demandent des savoir-faire spécifiques, avec des niveaux, des exigences et des processus de carrière. Nous avons aussi en commun une forte capacité d’intégration au travail » résument Hervé Bécam et Jamil Aït-Idir. L'OPCO des entreprises à forte intensité de main-d'oeuvre (dont le nom n'est pas définitif) regroupe près de 250 000 entreprises (dont une grande majorité de moins de 50 salariés) et représente 3,5 millions de salariés, avec une collecte globale qui va dépasser le milliard d’euros (1,17) et  des fonds gérés à hauteur de 880 millions d'euros.

#OPCO #MinistereDuTravail #Formation #FormationProfessionnelle #Fafih #HerveBecam #JamilAitIdir


Sylvie Soubes