Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le Lycée d'Occitanie s'investit pour mieux appréhender le handicap en restauration

Formation - Écoles - jeudi 6 mars 2014 16:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Toulouse (31) Échanges enrichissants et belles leçons de vie autour de la gastronomie entre les élèves du lycée toulousain et une quinzaine de résidents de l'ASEI (pour Agir soigner éduquer insérer) Mas Georges Delpech souffrant d'handicaps multiples. Ils ont été accueillis dans le restaurant d'application du lycée.



Les élèves du lycée d'Occitanie à Toulouse et les résidents de l'ASEI Mas Delpech souffrant de polyhandicap.
Les élèves du lycée d'Occitanie à Toulouse et les résidents de l'ASEI Mas Delpech souffrant de polyhandicap.

Plusieurs élèves de bac pro du lycée d'Occitanie à Toulouse (31) se sont mobilisés pour la préparation et le service des repas des résidents de l'ASEI (Agir soigner éduquer insérer) maison d'accueil spécialisée Georges Delpech. "On comprend mieux le handicap, explique Sophie Ballard, 16 ans, en bac pro restaurant. On avait beaucoup d'appréhension au départ, mais on a réussi à créer une véritable complicité avec nos clients."  Cuisiniers, psychologues, personnel médical de l'ASEI sont venus dans un premier temps expliquer aux lycéens et à leurs enseignants ce qu'était le polyhandicap et surtout comment gérer au quotidien les difficultés liées à l'élaboration des repas pour les personnes en étant atteintes. Même si les aliments sont mixés pour permettre une meilleure assimilation, il faut respecter les textures et l'équilibre nutritionnel.

"C'est un véritable échange. Le moment du repas est très souvent le seul plaisir dont bénéficient nos résidents. Nous y accordons un soin particulier", confie Mimouna Cipriano responsable des cuisines à l'ASEI restauration. Couleur, présentation, choix de la vaisselle, texture... Les cuisiniers doivent être en mesure d'adapter les menus en fonction des handicaps, qu'il s'agisse de régimes ou de problèmes liés à la déglutition. "Les enseignants nous ont apporté leur savoir-faire de professionnels", ajoute Mimouna Cipriano.

 

Un métier humain

"Les barrières sont très vite tombées, ajoute Julie Augé, chef de travaux du lycée d'Occitanie, en charge de ce partenariat. Certains de nos élèves ont donné à manger aux résidents qui ne pouvaient le faire seuls."

Cela permet de dédramatiser. "Nous allons pouvoir mieux adapter le service et l'accueil aux personnes handicapées, explique Lisa Hammami, 17 ans. L'important, c'est de faire plaisir."

Cuisiniers, serveurs... Le métier a besoin de personnel. "Il faut aimer l'humain. Nous souhaitons nous entourer de gens qui travaillent avec leur coeur", ajoute Mimouna Cipriano.
Dorisse Pradal

Journal & Magazine
Services