Actualités
Accueil > Actualités > Équipements et nouvelles technologies

Créer une terrasse ou une véranda fermée non-fumeurs

Équipements et nouvelles technologies - vendredi 29 janvier 2016 12:22
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Pour une construction ou une rénovation, de nouveaux matériaux sont à votre disposition comme le plancher composite et le vitrage chauffant.



Les contraintes architecturales et les autorisations nécessaires demandent une étude approfondie avant d'envisager de faire construire ou rénover votre terrasse fermée. Si vous êtes propriétaire du terrain et que vous souhaitez agrandir votre salle par une véranda fermée, renseignez-vous auprès des services municipaux pour les autorisations de travaux ou de permis de construire.

Si votre restaurant est en ville, votre immeuble est peut-être classé et une extension ou une modification de façade requiert très souvent un avis de l'architecte des Bâtiments de France, ainsi qu'une autorisation d'occupation du domaine public. En règle générale, en ville, cette nouvelle structure doit être démontable ou tout du moins accessible, pour les éventuels travaux de voirie.

Sols et planchers

Lorsque la construction est prévue en dur, elle est souvent réalisée sur vide sanitaire avec une dalle béton recouverte de carrelage. De plain-pied, le sol peut éventuellement être composé de pavés autobloquants.

Pour les terrasses de CHR, démontables ou non, le bois composite devient le premier choix dans les aménagements. Certains fabricants ont conçu des ames co-extrudées ultra-résistantes aux taches et à la décoloration jusqu'à vingt-cinq ans. Elles peuvent résister aux agressions du quotidien et aux UV, avec une performance nettement supérieure aux autres lames en bois composite. Ces lames habillent élégamment les terrasses et en font des espaces de vie chaleureux et esthétiques. Lisses et réversibles, elles ont un aspect brossé et un décor imitant parfaitement le veinage du bois avec un toucher du matériau très agréable. Le profil est plein et sans alvéole, ce qui garantit une grande stabilité dimensionnelle. Le bois composite se travaille comme le bois (coupe, vissage, défonçage…).

Le plancher de votre véranda démontable peut également être composé de plaques de bois aggloméré hydrofuge revêtues de carrelage ou de dalles PVC.

Toiture

Sauf s'il s'agit d'une terrasse démontable ou avec un toit du type velum coulissant, ce nouvel espace est réputé, comme le reste de l'établissement, classé non-fumeurs. La toiture sera donc pleine, en toit terrasse bétonné, charpentée avec toiture de tuiles, d'ardoise ou en verrière. Dans tous les cas, le service de sécurité incendie local peut être amené à vous demander la création d'un système d'évacuation des fumées.
 
Structure et normes incendie

Suivant la région ou l'architecture des immeubles environnants, la structure de votre terrasse devra répondre à un certain style, contemporain, rustique, atelier d'artiste, années 1930… et en matériaux divers, acier ou aluminium laqué, bois. Et comme ce local sera un établissement recevant du public (ERP), il devra répondre aux normes incendie en vigueur. Il faut donc prévoir la réalisation et la mise en place de portes, verrières, parois et cloisons coupe-feu ou pare-flammes avec pour objectif de limiter la propagation du feu à des pièces ou des ouvrages voisins.

Vitrages et chauffage

Les vitres installées pour la protection incendie sont conçues spécifiquement pour résister au feu. La résistance au feu est obtenue par l'insertion entre les vitrages d'un gel transparent à l'oeil nu qui s'opacifie lorsqu'une certaine température contre la paroi vitrée est atteinte. Selon le procès-verbal de classement au feu utilisé, la mise en oeuvre sera réalisée au travers de différents types ou marques de vitrages.

Pour assurer le chauffage, outre les installations classiques (central avec radiateurs, par le sol, électrique avec convecteurs ou climatisation réversible), vous pouvez opter pour un vitrage chauffant pour vérandas.

C'est un verre isolant faisant office de système de chauffage électrique par rayonnement. Ce verre intelligent de dernière génération totalement intégré à la structure de la véranda en acier et de ce fait invisible.

Son fonctionnement est simple : des microparticules métalliques, invisibles à l'oeil nu, sont déposées sur l'ensemble de la surface interne du vitrage intérieur. La couche de particules métalliques intégrées joue le rôle de résistance chauffante à basse température (entre 20 et 45 °C). La chaleur se diffuse par rayonnement vers l'intérieur de la véranda.

Le vitrage chauffant est toujours trempé pour une meilleure performance thermique et renferme du gaz krypton pour qu'il soit plus isolant et pour limiter les déperditions de chaleur vers l'extérieur.

Visuellement, le verre chauffant est strictement identique à un double vitrage traditionnel. Il est relié à une alimentation électrique par des connecteurs. Ceux-ci, de même que les câbles d'alimentation, sont discrètement dissimulés à l'intérieur de la structure métallique de la véranda.

Les verres chauffants présentent divers avantages en termes de confort et d'économies d'énergie :

- une chaleur rayonnante, douce et homogène dans toute la verrière. L'air n'est pas asséché ;

- élimination de l'effet paroi froide ressenti quand on est assis face ou adossé à un vitrage ;

- régulation thermique simple par thermostat ;

- économie d'énergie électrique, de 25 à 40 % par rapport au chauffage traditionnel ;

- gain d'espace et praticité d'aménagement, puisqu'il n'y a pas de radiateurs ou de convecteurs à installer ;

- simplicité d'entretien du vitrage, comme un verre traditionnel ;

- exclusion de toute condensation et dégèlement naturel des vitrages en période de grand froid ;

- naturellement, pour l'été l'isolation thermique de ce type de vitrage protégera également votre clientèle de la chaleur.

Lumineux et fonctionnel, ce nouvel espace de travail pourra devenir rapidement  la salle la plus demandée par votre clientèle lors des réservations de table.

Jean-Gabriel du Jaiflin
Journal & Magazine
Services