×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Expatriation : cap sur l'Italie

Emploi - mercredi 16 octobre 2019 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

La Botte est l'un des premiers pays d'immigration dans l'Union européenne. Voici quelques éléments pour se décider et partir tranquille.



L'Italie est l'un des premiers pays d'immigration dans l'Union européenne.
L'Italie est l'un des premiers pays d'immigration dans l'Union européenne.

► Avant le départ

• S’informer sur le marché de l’emploi

La gastronomie et la richesse culturelle de l'Italie attirent souvent les travailleurs étrangers. Mais le pays, troisième économie de la zone euro - derrière l’Allemagne et la France -, peine à sortir de la crise. La Botte est également confrontée à de fortes inégalités régionales, entre un Nord dynamique et un Sud pauvre et rural. Rome, Milan, Turin et Gênes sont les régions les plus développées. Ne négligez pas pour autant les régions frontalières qui offrent de réelles opportunités. Parmi les secteurs porteurs d’emploi, l'agro-alimentaire, les métiers de bouche (boulanger, pâtissier) et le tourisme. Mais la concurrence est rude. Et le chômage  dans le pays passe régulièrement la barre des 10 %. 

 

► Une fois sur place 

• Formalités administratives 

En tant que citoyen de l’Union européenne, pas besoin de permis de travail (Permesso di Soggiorno per Lavoro). Demandez en revanche un codice fiscale auprès de l’Agenzia delle Entrate. En Italie, on travaille 40 heures par semaine, avec 26 jours ouvrables de congés. Le contrat de travail n’est pas une obligation légale : une simple lettre d’embauche suffit. Attention, il n’y a pas de salaire minimum fixé par la loi.

• Chercher du travail

Plusieurs possibilités : décortiquer les annonces des grands médias locaux et surfer sur les réseaux sociaux, à la recherche d’offres d’emplois et des groupes de Français déjà expatriés. On pourra aussi s’inscrire auprès des agences de recrutement, voire, pour les plus audacieux, déposer son CV en mains propres.

• Trouver un logement

Le bouche à oreille fonctionne très bien pour se loger en Italie, mais la plupart des biens à louer sont gérés par des agences. Pensez aussi à chercher via l’équivalent du Bon coin italien : https://www.subito.it.

#Expatriation #Italie


Mylène Sacksick
Journal & Magazine
Services