×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 19 janvier 2005
RESTAURATION

SUR LE VIEUX PORT

La Karbonade s'installe

Marseille (13) Une ancienne infirmière - épouse de Guillaume Sourrieu, chef étoilé de L'Épuisette - et le pâtissier de l'hôtel-restaurant Le Pigonnet à Aix-en-Provence, Nicolas Bonnet, viennent d'ouvrir La Karbonade, en remplacement du Bistrot du Livon.


Christine Sourrieu et Nicolas Bonnet.

On peut dire qu'elle a de la suite dans les idées. À 38 ans, Christine Sourrieu a réalisé son rêve d'enfant : elle est entrée dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Associée à Nicolas Bonnet, 26 ans, ancien de l'école hôtelière d'Écully (69), elle vient d'ouvrir La Karbonade, sur le Vieux Port, juste à côté du chantier du Radisson. Un itinéraire peu banal pour cette infirmière diplômée d'État, jusque-là directrice de la crèche d'Endoume (quartier sud). Elle raconte : "J'ai dû hériter du virus via ma grand-mère Minette Jourdan qui tenait un hôtel à Beaulieu, sur la Côte d'Azur. Mais quand j'ai voulu faire l'école hôtelière de Nice, mes parents s'y sont opposés. Trop loin pour une jeune fille…" Elle entreprend des études d'infirmière, rencontre Guillaume Sourrieu avec qui elle a 3 enfants. Un temps, elle met sa passion entre parenthèses, passe quand même un diplôme de gestion hôtelière et attend son heure. L'occasion se présente quand le Bistrot du Livon est à vendre. Il n'est pas question pour elle d'abandonner sa vie de famille. Elle s'associe avec Nicolas Bonnet, fils du propriétaire de L'Épuisette. L'attelage est idéal puisqu'elle peut concilier travail et vie familiale. "J'ai l'impression d'être enfin à ma place", remarque-t-elle. Pourtant, La Karbonade a ouvert au pire moment : grève des transports en commun, météo déplorable et chantier du Radisson. Ce n'est pas grave. Le beau temps reviendra et permettra d'installer 50 places en terrasse. Quant à l'hôtel, il devrait ouvrir à l'automne et devrait amener des clients. La carte a été conçue par Guillaume Sourrieu, qui exerce également le contrôle qualité, mais La Karbonade affirme son indépendance totale par rapport à L'Épuisette. Le concept est radicalement différent. Il repose sur le 100 % visuel. La cuisson des poissons et des viandes à la broche ou sur un Teppan Yaki est réalisée par le chef Raphaël Orecchioni sous l'oeil des clients. Les entrées et les desserts en verrines sont en vitrine. Idem pour la cave à vins, conservés sous azote et vendus au verre. À l'avenir, les deux associés comptent mettre en place de grandes tables d'hôte en terrasse, ouvrir en continu toute la journée et proposer la vente de verrines à emporter.
Dominique Fonsèque-Nathan zzz22v

La Karbonade
42 quai de Rive Neuve
13007 Marseille
Tél. : 04 91 55 02 27

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2960 Hebdo 19 janvier 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration