Stéphane Manigold : "Je conseille d'augmenter les prix de 10 %"

Paris (75) Le président de la branche restauration Umih Paris et Ile-de-France et fondateur du groupe Éclore s'inquiète face à l'augmentation du tarif des matières premières et de l'énergie. Stéphane Manigold incite à augmenter les prix pratiqués dans les CHR. Il réclame aussi une baisse des charges sociales et patronales durant cette phase inflationniste.

Publié le 27 mai 2022 à 19:25

Rien ne va plus. Stéphane Manigold tire la sonnette d’alarme. Le président de la branche restauration Umih Paris et Ile-de-France et patron du groupe Éclore – qui compte six établissements à Paris -, rappelle que depuis trois mois "les coûts de l’énergie et des matières premières ont considérablement augmenté". Un coup dur de plus pour les hôteliers et les restaurateurs. Alors le représentant de l’Umih n’hésite pas : "Je conseille d’augmenter de 10 % en moyenne les prix pratiqués dans les CHR. Les clients sont-ils prêts à l’entendre et l’accepter ? "Il faudra leur expliquer pourquoi on fait cela", répond Stéphane Manigold, qui a déjà passé le menu du déjeuner de sa table étoilée Contraste (VIIIe) de 42 à 45 euros. Il ajoute : "Le consommateur a du bon sens et il voit bien, lui aussi, que tout augmente lorsqu’il fait ses courses au supermarché."

 

 

« Les PGE arrivent à leur terme... »

Le fondateur du groupe Éclore s’inquiète pour la santé financière des entreprises du secteur des CHR. Et ce d’autant que les salaires ont augmenté, tout comme le prix des mutuelles. Cerise sur le gâteau : "Les PGE arrivent à leur terme. Il va falloir les rembourser." Augmenter les prix affichés sur les cartes devient donc une évidence, pour Stéphane Manigold. Surtout à l’heure où "un certain nombre d’hôteliers et de restaurateurs refusent des réservations faute de collaborateurs". Il parle d’une situation "irritable et ingérable". Autre levier qu’il suggère aux politiques, en pleine campagne pour les élections législatives : "Baissons les charges sociales et patronales durant cette période inflationniste." Stéphane Manigold poursuit en soulignant que les CHR sont prêts à recruter 300 000 personnes : "300 000, c’est le nombre de chômeurs de plus de 24 mois en France. Or, nous pouvons les former et leur donner du travail."

 

Rien ne va se décanter avant le résultat des législatives

Pour l’heure, "nous discutons avec le cabinet de Bruno Le Maire et plusieurs députés", confie Stéphane Manigold. Mais il est bien conscient que rien ne va se décanter avant le résultat des législatives. Une échéance à l’issue de laquelle il aimerait aussi qu’un secrétaire d’État au Tourisme soit nommé. Un acteur indispensable dans un gouvernement pour "faire avancer les dossiers", insiste le patron de la branche restauration Umih Paris et Ile-de-France. En attendant, Stéphane Manigold incite les Français à "aller au restaurant, au cinéma, au théâtre… tant qu’on peut encore le faire !" Car, en septembre, il redoute le retour du Covid et ses conséquences.

prix #stéphanemanigold# 


Photo

Publié par Anne EVEILLARD



Commentaires
Photo
philippe BIRCKEL

vendredi 27 mai 2022

Oui effectivement c'est une idée mais justifier une augmentation des prix par le fait que notre branche connaît les pire difficultés en matière de recrutement ne me paraît pas approprié.
Les gouvernements précédents ont apporté une aide considérable aux entreprises notamment dans l'hôtellerie restauration, on pourrait aussi se dire en retour que la vertu se trouverait non pas dans une hausse brutale (10 % !) des prix mais dans une forme de douceur du bon prix qui ne viendrait pas pénaliser davantage nos clients qui eux aussi perdent de la 'marge' actuellement... Nous aurons encore besoin qu'ils viennent nous voir en 2023, en 2024 et plus tard... d'autant plus qu'en 2022, ils choisiront encore majoritairement comme destination la France.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

74 - MEGEVE

Bienvenue à Megève ! Poste à pourvoir de suite jusqu'au 15 septembre minimum, nourri, logé, 2 jours de repos, à partir de 2000€ net avant impôts selon profil. Le nouveau restaurant LE PRIEURE de Kristine et Emmanuel Renaut recherche : UN CHEF DE PARTIE (h/f) - EXPERIENCE EXIGEE DEUX ANS MIN

Posté le 21 juin 2024

Chef de partie H/F

92 - SURESNES

Le restaurant 'Et Toque!' à SURESNES (92) recrute : Un(e) CHEF(FE) DE PARTIE profil confirmé(e), dynamique et investi(e) pour Juillet 2024 Adresse : 7 Ter Rue Emile Duclaux 92150 Suresnes Rejoignez notre équipe au sein de notre restaurant Gastronomique 2 Toques Gault&Millau, référencé au guid

Posté le 21 juin 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

75 - PARIS 17

Chez Fred Depuis 1945 190 bis Bd Péreire 75017 Paris Recherche : - Second de Cuisine / Sous Chef - Chef de Partie Expérimentés, H/F., Maitrise de tous les postes Repos samedi et dimanche 3 continue 2 coupure, Salaire 2500 € nets Vacances 3 semaines août, 1 semaine Noël et jour de l'An

Modifié le 21 juin 2024