#Grève : Les restaurateurs rennais n'ont pas été épargnés

Rennes (35) Comme dans la plupart des grandes villes françaises, le secteur de la restauration rennais a subi les conséquences des mouvements de grève contre le projet de réforme des retraites. Les point avec des restaurateurs du centre-ville et en périphérie.

Publié le 30 janvier 2020 à 10:12

On évite d’aller déjeuner en ville les jours de grève. On sait que les transports et la circulation vont être perturbés, alors on préfère rester au bureau”, explique un groupe d’employées d’une administration située place Charles-de-Gaulle à Rennes (Ille-et-Vilaine), lieu de rassemblement des grévistes chaque semaine. Et si les restaurateurs du centre subissent immanquablement des pertes en termes de fréquentation, cela peut parfois aller plus loin. Comme le 5 décembre dernier, jour de manifestation nationale massive, où des casseurs s’en sont violemment pris à de nombreuses vitrines. Dans un tweet, Ouest-France annonçait ainsi : “Des manifestants s’en prennent aux vitres de l’hôtel-restaurant Balthazar, l’une d’elles a cédé sous les coups.
Pour les restaurateurs plus excentrés, les conséquences peuvent elles aussi être négatives. Comme au Beauregard, situé dans un quartier périphérique, à proximité immédiate de nombreuses collectivités. “Il y a deux semaines, on a perdu 30 couverts le jour de la grève, soit 50 % de notre fréquentation habituelle. Le lendemain, on a fait entre 10 % et 15 % en moins. Même si on a davantage subi le mouvement des gilets jaunes de 2018, on estime à environ 10 % de baisse de fréquentation les jours de grève”, explique Cyril Briand, gérant de l'établissement.

 

Le contrepied des grèves

Pourtant certains jouent au contraire de ce mouvement de grève. Comme le 2, rue des Dames, établissement situé dans le Vieux-Rennes, qui annonçait sur sa page Facebook : “9 janvier, 09 : 25. Pas de mouvement de grève aujourd'hui pour les frères Moreau ! Le restaurant est ouvert”, espérant ainsi réaliser leur chiffre d'affaires journalier malgré le contexte perturbé. D'autres encore ne subissent que très peu le mouvement : “Nous n'avons pas vraiment eu de baisse de fréquentation. Le premier jour de grève, il y a eu l'annulation de deux tables le lundi soir et le mardi, à savoir entre 12 et 15 personnes. Mais, globalement, nous avons fait un très bon mois de décembre et on continue à faire le plein, surtout du jeudi au dimanche, même les jours de grève”, confie Nicolas Meunier, l'un des deux chefs du nouveau restaurant Origines.

grève #Rennes# origines #Beauregard#


Publié par Stéphanie Decourt



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Vendeur H/F

75 - Paris

[TEMPS PARTIEL] Vendeur épicerie fine et pâtisseries h/f Angelina - salon de thé, symbole de « l’Art de vivre à la française » à travers le monde MissionDepuis plus de 20 ans Bertrand Restauration, filiale du Groupe Bertrand, a réussi à s’imposer comme un acteur majeur de la restauration commercia

Posté le 22 juin 2024

Vendeur H/F

75 - Paris

Vendeur épicerie fine et pâtisseries h/f ANGELINA Angelina - salon de thé, symbole de « l’Art de vivre à la française » à travers le monde Mission Depuis plus de 25 ans le Groupe Bertrand a réussi à s’imposer comme un acteur majeur de la restauration et de l'hôtellerie en France. Diversifié et mul

Posté le 22 juin 2024

Cuisinier H/F

48 - GORGES DU TARN CAUSSES

La Brasserie Chez Léon (48 Ste Enimie) recherche, pour compléter son équipe, un(e) cuisinier(e) du 1er Juillet au 15 sept 2024 - nourri, logé en maison de village à 5 min à pied de la brasserie, avec 1,5 jours off par semaine. Equipe à taille humaine et cuisine maison. brasseriechezleon48@gmail.com

Posté le 22 juin 2024