Énergie : un sujet loin d’être clos

Selon une enquête menée conjointement par le GHR et l’Umih, 60 % des professionnels paient encore plus de 180 euros le MWh. Les deux syndicats réclament le soutien du ministre de l’Economie.

Publié le 13 février 2024 à 15:00

"C’est notre trésorerie qui subit le contrecoup des factures exorbitantes d’énergie, tout notre cash disponible est aspiré par ces coûts", alertent les syndicats patronaux, GHR (Groupement des Hôtelleries et Reestaurations de France) et Umih (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie), qui dénoncent les contrats toxiques toujours existants. "Il n’y a plus de justification pour des prix aussi élevés", affirment-ils.

 

Plus de 3,8 % du chiffre d’affaires hors taxes des entreprises est consacré à l’énergie

Les deux syndicats ont mené conjointement une enquête en janvier 2024. 60 % des 1 500 répondants ont indiqué payer plus de 180 euros le MWh. En moyenne, l’énergie représente plus de 3,8 % du chiffre d’affaires HT des entreprises (pour 12 % des personnes interrogées, cela représente plus de 8 % de leur CA). L’enquête révèle également que 22 % des professionnels n’ont toujours pas reçu leur facture 2023, ce qui suscite une certaine inquiétude en attendant une bonne ou mauvaise nouvelle.

60 % des répondants estiment que ces augmentations tarifaires mettront leur entreprise en danger à court ou moyen terme. Ces inquiétudes sont justifiées, puisque le secteur se classe parmi les cinq premiers en termes de défaillances d’entreprise, selon le rapport de la Banque de France pour l’année 2023, un constat alarmant selon les représentants syndicaux.

David contre Goliath

Outre les tarifs exorbitants observés dans certains contrats, les syndicats réclament le droit à la renégociation. Certains ont signé des contrats sous la contrainte, et il est impératif de les revoir. "Nous n’étions pas préparés à ce type de négociation", déplorent-ils. L’enjeu désormais : obtenir une aide du gouvernement. "Il suffit qu’un fournisseur d’énergie fasse le premier pas" pour faire avancer les choses et obtenir des prix raisonnables. Les syndicats proposent de fixer le prix à 120 euros le kWh.


Photo

Publié par Romy CARRERE



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de cuisine H/F

83 - LE LAVANDOU

NOUS RECHERCHONS PLUSIEURS POSTES EN CUISINE POUR COMPLETER NOS EQUIPES DE NOS 3 ETABLISSEMENTS, L EXPERIENCE DU SERIEUX EST EXIGEE, LES PROPOSITIONS SE FERONT SELON LES PROFILS ET LA MOTIVATION... UNE BONNE AMBIANCE ! Merci d'envoyer vos CV a : bo.restaurant@yahoo.fr ou akwabobeach@gmail.com

Posté le 21 avril 2024

Professeur - Formateur H/F

75 - PARIS 18

Ecole de cuisine de loisir, cherche formateur (trice) en cuisine cours EN ANGLAIS, Travail agréable a pourvoir au plus vite, salaire de départ 2 250 euros net, fermeture samedi soir, dim et lundi , pas de coupures sauf rares exceptions Experience cuisine française, sens de l´humour indispensable

Posté le 20 avril 2024

Chef de partie H/F

17 - LA TREMBLADE

POSTE DE CHEF DE PARTIE DESSERT TOURNANT H/F A POUVOIR. Bistro chic sur la plage de Ronce-les-Bains (17). www.le-grand-chalet.fr direction@le-grand-chalet.fr Recherchons chef de partie h/f de début Mai jusqu'à à fin Septembre. Restaurant ouvert 7/7 de Mi Juin à Mi-Septembre. Beau volume

Posté le 20 avril 2024