Des restaurateurs parisiens une nouvelle fois victimes de dégradations lors des manifestations

Paris Malgré les précautions prises, restaurants et commerces étaient en première ligne lors de la manifestation du 14 juin dernier contre la loi travail.

Publié le 21 juin 2016 à 17:28

Mardi 14 juin, la manifestation organisée à Paris contre la loi travail a, une nouvelle fois, été le théâtre de violences sur le chemin du cortège. Les restaurateurs étaient encore en première ligne. Face à l'hôpital Necker, dont les façades fracturées sont pansées comme des blessures, Rudy Hallard, propriétaire du Duroc, enrage devant sa machine à croque-monsieur. "Ça a chauffé dur mais, cette fois, j'avais baissé le rideau en fer. Il y a trois semaines, je me suis fait casser mes deux paravents lors d'une autre manifestation contre la loi travail. Je n'en peux plus. Mardi dernier, 200 casseurs devançaient le cortège alors qu'il fallait les mettre en queue. Ils voulaient en découdre avec les CRS et étaient équipés en conséquence. J'en ai marre de la France, on ne peut plus travailler."

"Nous n'avons pas eu le coeur de rouvrir ensuite"

De l'autre côté du carrefour, Gérard Boudon, propriétaire de la brasserie Le François Coppée, est plus résigné. "J'ai été protégé par les curieux qui faisaient une barrière humaine devant mon établissement. Nous avions fermé bien avant l'arrivée du cortège, surtout la terrasse pour qu'elle ne serve pas de projectile. Nous n'avons pas eu le coeur de rouvrir ensuite. La police nous avait avertis trois jours avant. Le concessionnaire en face avait dès le matin recouvert ses vitrines de panneaux en bois. Les casseurs ont détaché le marbre des façades de magasins, descellé les pavés dans les squares pour les jeter sur les forces de l'ordre, c'était ultra violent. J'ai eu une vitre et les néons de mon enseigne cassés. J'ai changé d'assurance et j'ai désormais une franchise de 500 € que je redoute. La dernière fois que nous avons eu de la casse, c'était il y a quinze ans lors de manifestations étudiantes."

En fin de parcours, sur le boulevard des Invalides, Bruno Masson, propriétaire du Café du musée, n'en revient pas de s'en être si bien sorti : "Il y a eu des dégâts en amont alors les policiers encadraient fermement les casseurs en fin de manifestation. Certains CRS marchaient même à reculons. Un cordon de policiers était aligné devant mon restaurant", soupire de reconnaissance le restaurateur, qui ne déplore même pas un verre cassé.


Photo

Publié par Francois PONT



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

75 - PARIS 09

Le Patio Opéra, restaurant semi-gastro festif et de qualité, membre du Collège Culinaire de France, recherche : - Chef de partie cuisine Références vérifiables indispensables. Salaire motivant Écrire au Chef : andrea@lepatio-opera.com NE PAS TELEPHONER

Posté le 23 février 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

92 - NANTERRE

LES EMPOTES - Traiteur gastronomique en Île de France Poste - SECOND DE CUISINE (H/F) - équipe jeune 7-8 personnes. Restauration innovante et gastronomique - dans l'air du temps! Sans coupure (8h-16h) / 39h semaine - Lundi au vendredi Salaire 2600-2800€ brut selon profil. Candidatez à paul@les

Posté le 23 février 2024

Cuisinier H/F

58 - MOUX EN MORVAN

Restaurant Beau-Site en plein cœur du Morvan, recrute CUISINIER H/F. Possibilité de logement. Salaire motivant selon profil. Contrat CDD 39h, 2 jrs de congés/sem. Fermé mardi. Horaire à définir lors de l'entretien. Cuisine traditionnelle faite maison. Ambiance familiale. 03.86.76.11.75. beausite.mo

Modifié le 23 février 2024