×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Hommes & entreprises

Succès et difficultés

Jeux de société à gogo

Le Oya fait des adeptes

Le Oya n'est pas un concept mais une thématique inaugurée en 1995 par un ancien informaticien, Patrick, bien décidé à vivre de sa passion : les jeux de société. Un établissement parisien où le café et le thé passent bien après le plaisir de partager à plusieurs un moment de rire et de détente.

m Sylvie Soubes

Devant un succès grandissant, le Oya a dû déménager l'an dernier, quittant le Ve arrondissement de la capitale pour les Gobelins et 80 m2 de surface. Créé en 1995, le Oya n'est pas un bistrot (la licence I lui suffit). L'établissement renoue cependant avec ces heures de détente passées hors de chez soi, autour d'une table, en sirotant un thé ou un Perrier. Le Oya n'est pas non plus un club : l'accès est ouvert à tous et il n'y a pas de carte de fidélité. On entre, et si on a envie de jouer, on joue. Ça coûte 35 F pour participer à un jeu. Le ticket comprend la première boisson. Celles qui suivent sont à 10 F. "L'idée, explique Patrick, était de créer un lieu qui ne soit pas une salle de loisirs, mais qui force les gens à sortir de chez eux pour se retrouver autour d'un jeu de société." Patrick refuse catégoriquement le terme de concept, pourtant souvent utilisé à propos de son établissement. "Non, c'est un endroit qui accueille du public et dédié aux jeux. Ce n'est pas un café à thème."
Patrick a démarré l'affaire avec 29 jeux, il en possède aujourd'hui plus de 250. Des jeux en provenance de France et de Navarre, voire de beaucoup plus loin. "Je pensais intéresser surtout les étudiants mais ce n'est pas le cas." La clientèle estudiantine représente seulement 25 %. "En fait, la fourchette d'âge est très large et les gens viennent d'horizons variés." Les auteurs de jeux, joueurs eux-mêmes, apprécient de se retrouver ici. On vient entre amis, en famille, en couple. "Il y a aussi des gens qui viennent seuls, et c'est ça la magie de l'Oya, ils vont se joindre à une table où ils ne connaissent personne et le courant passe."

TF1, Télérama
L'Oya n'a jamais fait de publicité. 1 mn 30 au journal télévisé de 20 heures l'a toutefois fait connaître des journalistes. "J'ai aussi eu un article dans Télérama qui m'a amené pas mal de monde. Comme quoi notre clientèle n'est pas celle des joueurs professionnels, mais des personnes qui ont envie de sortir et s'amuser différemment." Si l'Oya s'équilibre financièrement, c'est aussi grâce aux jeux qu'il vend. "Je fais tourner les jeux. Je ne veux pas en avoir trop en stock parce qu'il faut pouvoir prendre le temps de les connaître et de les expliquer." Si l'Oya propose quelque chose à grignoter comme des cacahuètes ou une glace, pas question, selon Patrick, de tomber dans la restauration. "La limonade, c'est logique, mais avec de la restauration, on serait hors sujet." Aujourd'hui, son établissement a fait des émules. Il en existe notamment un à Toulouse, et des personnes s'adressent régulièrement à lui pour s'initier à la thématique. "J'ai effectivement des patrons de bistrot qui viennent me demander conseil. Le jeu de société a sa place au coin du zinc. Parmi les jeux que je suggère, il y a le Take it easy. On peut y jouer de 1 à 30 personnes..." Pour tenir ce type d'établissements ou faire vivre les jeux au sein d'un bar, "il est important d'aimer soi-même les jeux de société. Il faut une certaine sensibilité. Sinon, les jeux restent dans un coin. L'intérêt du jeu, c'est qu'il appelle à la rencontre".
Le nouvel Oya, situé 23, rue de la Reine Blanche dans le XIIIe arrondissement, a choisi un mobilier avec des tables de plusieurs hauteurs. "Ça permet aux groupes de se former selon leur humeur et puis ça ne fait pas MJC", lance Patrick. Un mobilier dans les tons vert club a été retenu. "On est proche de l'esprit bistrot, il faut que l'endroit puisse se patiner", ajoute notre patron dont l'objectif est de "valoriser le jeu de société". On l'aura compris. Au fait, c'est quoi un bon jeu ? "Un bon jeu, c'est quand le perdant s'amuse autant que le gagnant. Il faut également rire et avoir envie de rejouer quand on l'a terminé." n


San Marco, Zug-Rallye, Category, Capitol, Holding, Caprice, Torrès... près de 250 jeux sont au rendez-vous.


Ce n'est pas une boutique, ce n'est pas un café, mais l'esprit convivial et détendu du bistrot est au programme.

 

En chiffres

Horaires d'ouverture
6 jours sur 7 (fermé le lundi)
Durée d'une partie
3/4 d'heure (en moyenne)
Tarifs
30 F la partie, 35 F avec une consommation
10 F les consommations supplémentaires

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2721 Magazine 7 Juin 2001


zzz26
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration