×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ÉDITO

A CHACUN SON MÉTIER

Si la communication est aujourd'hui un élément essentiel dans le succès du lancement d'une enseigne, elle est loin d'être suffisante pour assurer la pérennité d'un restaurant. Lancés avec fracas, les restaurants financés par Jean-Luc Delarue pouvaient faire des jaloux auprès des restaurateurs parisiens qui voyaient la rue Marbeuf encombrée tous les soirs de taxis et de limousines, déversant par dizaines des stars reconnues ou méconnues, happées par les restaurants où le microcosme se devait d'aller voir et d'être vu. Un succès d'estime certes, mais pas forcément un succès commercial... Moins de 2 ans après le lancement du premier restaurant, l'heure était au dépôt de bilan... Des investissements disproportionnés, des charges trop lourdes, une gestion approximative, auront eu raison de la rentabilité des restaurants... et de leur pérennité. Un vrai gâchis.
Un gâchis d'autant plus grand que des investissements considérables ont été réalisés, et que ces mêmes investissements auraient pu, s'ils avaient été gérés par des professionnels de la restauration, générer un business de qualité. Malheureusement, trop nombreux sont les investisseurs qui croient qu'il est aisé de créer et de faire diriger un restaurant, sous prétexte qu'ils ont une idée de concept, une idée de déco... et de se laisser porter par des décorateurs qui explosent les budgets, par des architectes qui ne veulent rien savoir des contraintes d'exploitation d'un restaurant, qui ignorent ce qu'est une cuisine, un office, un local à poubelles... Dès lors, ils livreront un mauvais outil de travail que l'investisseur confiera à un jeune manager recruté davantage pour son 'look branché' que pour ses qualités de gestionnaire et d'animateur d'une équipe... Parce que l'opération aura coûté beaucoup plus cher que prévu, on économisera sur l'essentiel, sur l'exploitation, il n'y aura pas assez de vaisselle, les équipements en cuisine seront incomplets... Les dés sont pipés d'avance, et à l'heure où le champagne coule à flots pour séduire les invités toujours très nombreux, un dossier peut d'ores et déjà être ouvert au tribunal de commerce.
Le cas de Delarue n'a rien de vraiment unique, malheureusement. Espérons toutefois que les déboires financiers d'une star de l'audiovisuel égarée dans la restauration auront comme vertu, de par la médiatisation de l'événement, de faire comprendre à tous les amateurs fortunés que le métier de restaurateur exige un réel savoir-faire, et que les marges, de par leur faiblesse, imposent une compétence et une présence au quotidien, tant auprès du personnel que des clients, des fournisseurs et des services administratifs...
Quand les restaurateurs jouent les stars et apparaissent sur le petit écran, ils prennent de toute évidence beaucoup moins de risque que les vedettes du petit écran quand elles quittent les plateaux d'enregistrement pour se transformer en restaurateur...
PAF zzz80

Article précédent


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2791 Hebdo 17 Octobre 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration