×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ENTREPRISE

C'est arrivé chez vous

Gard

Entre le Ranquet et EDF, le courant ne passe plus !

Un vaste chantier vient perturber la quiétude de cet établissement. La tension monte faute d'interlocuteur responsable.


Jean-Luc Majourel vit au rythme d'un chantier qui manque de discrétion.

Jean-Luc Majourel est patient. Mais il y a des limites... Le propriétaire des Demeures du Ranquet, un hôtel 4 étoiles et un restaurant gastronomique dont Anne, son épouse, dirige la cuisine, est en effet au bord de la crise de nerfs. Une poussée de tension qu'il doit à EDF.
"En janvier 2000, j'ai donné mon accord pour le passage d'une ligne de 90 000 volts entre Anduze et Sauve sur une parcelle de terrain qui se trouve face à notre établissement, au milieu d'une forêt de chênes. Je connaissais les risques, et j'avais donc ajouté à la convention établie, en août suivant, une réserve concernant la date de réalisation des travaux. Je demandais à ce qu'ils ne soient pas réalisés entre avril et septembre." Et, bien sûr, cela n'a pas loupé. Fin mars, le chantier a commencé."Ce jour-là, constate avec amertume Jean-Luc Majourel, nous recevions des journalistes invités dans le cadre d'un voyage de presse. A 7 heures, ils ont été réveillés par un concasseur de rochers. Une drôle de façon de faire la promotion du tourisme dans l'arrière-pays gardois !" Mis devant le fait accompli, il a, depuis, multiplié les démarches pour entrer en contact avec les responsables.
"Mais là, les choses se sont compliquées. J'ai aussi tenté de contacter le médiateur nommé le 27 mars, et finalement, c'est un courrier à François Roussely, le grand patron, qui a fait bouger les choses." Le médiateur a pris note de la gêne occasionnée par les travaux de construction de la ligne, et un cadre d'EDF s'est déplacé sur le terrain pour constater, effectivement, que le chantier constituait une pollution sonore nuisible à l'activité de cet hôtel 4 étoiles. En période de vacances, c'est en effet autre chose que l'on vient chercher aux portes des Cévennes.
L'hôtelier attend donc des réponses à ses multiples attentes qui vont de l'arrêt des travaux à une indemnisation financière de la part d'EDF.
Une entreprise dont il a attendu, pendant 6 ans, qu'elle amène la fée électricité à la porte de son restaurant alimenté, pendant ce temps, par un groupe électrogène. La vie réserve parfois de ces clins d'œil...
J. Bernard zzz36v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2768 Hebdo 9 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration