×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

BIÈRE

Roubaix (59)

Terken en difficulté

Le brasseur coopératif roubaisien Terken, l'un des derniers indépendants français, a été placé en redressement judiciaire en novembre dernier.

Le tribunal de commerce a repoussé du 4 au 31 janvier le délai pour la présentation d'un projet de reprise. La décision est prévue pour l'audience du 26 février. Selon la presse régionale, une quinzaine de dossiers auraient été déposés, dont 2 ou 3 présenteraient certaines garanties. Cette brasserie représente une capacité importante, supérieure à 600 000 hl, une production courante supérieure à 400 000 hl, mais en baisse de 23 % sur l'exercice 2000, et un chiffre d'affaires de 26 ME pour 300 salariés (80 emplois ont été supprimés en début d'année). Le passif n'est pas colossal, on parle d'un petit pourcentage du chiffre d'affaires.

Mais le statut de l'entreprise l'a empêché d'effectuer les virages stratégiques nécessaires. Les coopérateurs actionnaires ne peuvent pas recapitaliser l'affaire, encore moins présenter un plan de relance. Réputée invendable pour la même raison, Terken aurait dû, comme ses concurrentes, être vendue ou choisir une spécialisation très poussée.

Bien implantée en CHR, Terken disposait, et dispose encore, d'une solide implantation. Une clientèle de confiance, des marques et une image de qualité, un outil industriel tenant la route. Mais cette entreprise différente souffrait depuis une dizaine d'années de ne pouvoir, en raison de son statut, opérer le virage stratégique drastique qui s'imposait. Dans ce métier, il n'y a plus guère de milieu entre géants et petits. Or, Terken court tous les lièvres à la fois : le volume, en sous-traitant de l'entrée de gamme pour la grande distribution ou de plus grands groupes, mais d'autres le font à moindre prix. La qualité et les bières de spécialité, avec la Septante 5, son porte-drapeau au pays des bières de garde. Les CHR, la distribution directe, le négoce et la grande surface en plus... L'affaire est encore bonne à prendre, avec moitié moins de personnel vraisemblablement, peut-être en totalité pour qui a du capital, de l'intelligence et du souffle. Après tant d'années d'impuissance, les coopérateurs semblent résignés à vendre. Les salariés sont sur les dents, et les Roubaisiens, qui voient ce monument fort laid planté au bord du canal depuis des lustres, vivent mal cette nouvelle épreuve économique et sociale.
A. Simoneau zzz46b

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2755 Hebdo 7 Février 2002 Copyright ©

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration