×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

L'événement
____________

Alain Passard poursuivi pour diffamation

Relaxe requise par le ministère public

Accusé de diffamation par la société du marché de Rungis, Alain Passard s'est défendu devant les juges du tribunal correctionnel de Paris. Il conteste avoir dit que Rungis commercialisait de la vache folle et qualifie ses propos d'opinion personnelle. Compte rendu.

C'est mercredi 27 juin, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel du TGI de Paris, qu'Alain Passard comparaissait pour diffamation envers la société Semmaris (Société d'Economie Mixte du Marché de Rungis), suite aux propos qu'il a tenus lors de l'émission télévisée Bonne bouffe, malbouffe de Paul Wermus, diffusée en direct sur France 3, le 18 décembre 2000.
L'émission de France 3, consacrée à la vache folle et à la question de savoir si les Français doivent changer leurs habitudes alimentaires, durait plus de 2 heures. Elle comportait 1 h 30 de reportage suivi d'un débat faisant intervenir journalistes, critiques gastronomiques et restaurateurs.


Alain Passard et son avocat, Francis Pudlowski après l'audience.

Des propos blessants selon la Semmaris...
La Semmaris, représentée par son président Marc Spielrein, a commencé par souligner que cette société, qui regroupe 1 500 entreprises et 12 000 salariés, est "plus que sensible, responsable de la qualité des produits de Rungis". C'est la raison pour laquelle elle s'estime lésée par les propos d'Alain Passard, même si Marc Spielrein avoue n'avoir pas visionné l'émission.
Plus précisément, la Semmaris accuse Alain Passard d'avoir dit que Rungis était devenu pour lui "quelque chose de très faible en matière de légumes" et "qu'il n'y trouvait plus son compte", que "les conditions d'élevage des animaux étaient déplorables", ces derniers étant "abattus beaucoup trop tôt", que Rungis envoyait "des produits contestables dans tous les estaminets de la région parisienne", et enfin, d'avoir dit que Rungis commercialisait de la vache folle.
La Semmaris estime que les propos d'Alain Passard remettent gravement en cause la qualité de gestion et de production du marché de Rungis dont elle a la charge. C'est pourquoi elle reproche au chef de l'Arpège de lui avoir porté préjudice, et demande sa condamnation pour diffamation à 1 franc symbolique de dommages-intérêts.


Marc Spielrein n'a pas vu l'émission.

... mais contestés par Alain Passard...
A l'audience, chacune des parties a pu s'exprimer pour défendre son point de vue. Premier à s'expliquer à la barre, Alain Passard, qui a tenu à recadrer le contexte de ses propos. Il a contesté avoir dit que Rungis commercialisait de la vache folle et a précisé qu'à la question du présentateur de l'émission, Paul Wermus, qui lui demandait "vous avez dit, Alain Passard, qu'on risquait de trouver de la vache folle à Rungis ?", il a répondu "oui tout à fait...", et a ajouté "le directeur de Rungis a également dit qu'on pouvait en trouver". Pour lui, confirmer qu'il y a un risque de trouver de la vache folle à Rungis n'est ni préjudiciable à Rungis, ni condamnable. Le président du tribunal n'a pas manqué d'interroger sur ce point Marc Spielrein, présent à l'audience pour représenter la société. Ce dernier n'a pas contredit Alain Passard, puisqu'il a précisé : "Je n'ai jamais dit qu'on risquait de trouver de la vache folle à Rungis, j'ai seulement dit que l'on mettait tout en œuvre pour éviter qu'il y en ait." Toutefois, Marc Spielrein a tenu à expliquer que "compte tenu de la très grande diversité des clients, on trouve forcément à Rungis des produits qui ne sont pas tous de qualité exceptionnelle. Par contre, ce sont des produits sûrs".

... et replacés dans le contexte d'une émission en direct
Quant à ses propos relatifs aux légumes, Alain Passard ne les nie pas, mais précise qu'il n'a fait qu'expliquer pourquoi il avait choisi personnellement de ne pas s'approvisionner en légumes à Rungis. Il insiste sur le fait qu'il n'a fait que donner un avis personnel n'engageant que lui. Il admet toutefois avoir voulu "faire passer un simple message afin d'inciter la Semmaris à se méfier". Il a tenu à préciser qu'à l'Arpège, le choix d'une carte essentiellement légumière était complètement étrangère à Rungis puisqu'il était le fruit "d'une évolution personnelle" et d'une curiosité pour une cuisine à laquelle il n'avait pas été formé. Il s'est dit "navré d'avoir froissé des susceptibilités puisque nous sommes amenés à vivre ensemble", puis a ajouté "être toujours en affaires avec Rungis".
Quant aux propos relatifs aux conditions d'élevage, l'avocat d'Alain Passard, Francis Pudlowski, a tenu à les replacer dans leur contexte : "Mon client ne visait pas Rungis et ne l'a d'ailleurs pas cité sur ce point. Il s'est contenté de répondre à la question d'un journaliste qui l'interrogeait sur la composition de sa carte."
En revanche, à travers son avocat, Alain Passard conteste formellement avoir énoncé : "Rungis, qui est le poumon de Paris, est en train d'envoyer dans tous les estaminets de la région parisienne des produits qui sont contestables." Il soutient en effet que cette phrase a en fait été prononcée par un journaliste qui interrogeait Alain Passard, et précise que ce dernier n'a d'ailleurs pas eu le temps de répondre, les autres intervenants du débat télévisé en direct ayant pris la parole à sa place.
Les propos d'Alain Passard, échangés dans le cadre d'un débat d'idées, ne sont pas diffamatoires pour Francis Pudlowski, qui demande par conséquent la relaxe de son client au nom du droit à la critique et de la liberté d'expression et d'opinion. De plus, estimant que l'action en diffamation de la Semmaris est abusive, il requiert la condamnation de cette dernière à 50 000 francs de dommages-intérêts.

Le ministère public demande la relaxe
Quant au ministère public, il va dans le même sens puisque le substitut du procureur a estimé que "les propos d'Alain Passard n'ont pas dépassé le seuil de la critique" et remarque que "malgré la vivacité du débat, Alain Passard s'est exprimé avec modération". Le procureur estime lui aussi qu'il n'y a pas diffamation et n'a donc requis aucune peine à l'encontre du chef de l'Arpège.
Il appartient désormais au tribunal de rendre son verdict au vu des arguments de chacun et de la cassette vidéo de l'émission jointe au dossier. Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 12 septembre prochain.
T. Beausseron

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HôTELLERIE n° 2725 Hebdo 5 Juillet 2001


zzz44s
zzz22v
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration