Actualités


Actualité

Michelle Demessine à l'inauguration d'Equip'Hotel

«Un crédit de 158 MF est inscrit dans le projet de loi de finances à propos de l'exonération
de charges sur les avantages en nature repas»

A l'occasion du salon Equip'Hôtel 1997, le secrétaire d'Etat au Tourisme a annoncé que l'Etat tiendrait ses promesses concernant l'exonération des charges sur les avantages en nature repas. Elle a, en outre, rappelé les grands axes de sa politique du tourisme.

Accueillie à bras ouverts par Jacques Thé et Joël Gangnery dès son arrivée au parc des expositions de Villepinte, le ministre s'est laissée aller à visiter bon nombre de stands montrant un intérêt certain pour chacun des exposants.

Mieux encore ! Au cours de son allocution où elle évoqua l'amélioration sensible de la conjoncture dans le secteur touristique comparativement aux années précédentes, Michelle Demessine déclara sans ambages : «pour accompagner vos efforts, l'action du gouvernement sera déterminée. Il s'agit de donner aux petites et moyennes entreprises les moyens d'améliorer les conditions de leur gestion et de leur développement.» A ce propos, le nouveau secrétaire d'Etat au Tourisme a d'une part expliqué qu'elle considérait le dispositif d'aide à la restructuration de la dette des entreprises hôtelières, mis en place il y a maintenant deux ans, intéressant mais insuffisant. Et d'ajouter, «que le travail réalisé ces dernières semaines entre ses services et ceux du ministère des Finances, avait permis de redéfinir des modalités plus avantageuses de restructuration de la dette.»

Droit aux vacances
pour tous

Michelle Demessine n'a pas manqué d'autre part d'aborder l'un des sujets problématiques de la profession à savoir l'exonération de charges sur les avantages en nature repas, liée rappelons-le à la signature de la Convention Collective du 30 avril dernier. Sur ce point précis, elle a ainsi confirmé l'engagement de l'Etat à tenir ses promesses et a annoncé «qu'un crédit de 158 millions de francs était inscrit à cet effet dans le projet de loi de finances.»

Parallèlement, elle a souligné sa ferme volonté de développer un outil d'observation économique et social indispensable aux professionnels comme aux pouvoirs publics pour établir tous les paramètres nécessaires à une prospective et une gestion efficace. Outre son soutien à la création d'un serveur national (dont l'expérimentation sera effectuée au cours du premier semestre 1998 dans le Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées) propre à valoriser l'offre touristique tant auprès du grand public que des agences de voyages ainsi qu'à la modernisation de notre outil de promotion (Maison de la France), le ministre a largement exposé sa stratégie concernant les instruments nécessaires à la croissance de l'économie touristique.

Parmi eux, figure bien entendu le chèque-vacances dont le volume d'émission devrait franchir le cap des 3 milliards en 1997 soit une hausse de 27% par rapport à 1996. «Il s'agit d'ouvrir plus largement le droit aux vacances pour les salariés à bas revenus, ce qui aura pour effet d'augmenter les recettes des entreprises, favorisant ainsi la création d'emplois dans ce secteur», a-t-elle précisé. Et d'ajouter, «pour conforter la croissance, il est nécessaire de promouvoir l'offre touristique et, parallèlement, le développement du droit aux vacances pour tous. Nous avons, ensemble, à écrire cette nouvelle page du développement du tourisme.»

C. Cosson

ccosson@lhotellerie-restauration.fr

«Un crédit de 158 millions de francs est inscrit dans le projet de loi de finances pour permettre une exonération de charges sur les avantages en nature repas», a insisté Michelle Demessine.

C'est dans la bonne humeur que Jacques Jond et Roland Magne
ont accueilli Michelle Demessine sur leur stand.

POLITIQUEMENT CORRECT

Ainsi, le fondateur ex-directeur de Top Resa a été débarqué pour cause de non conformisme. Certes, l'affaire ne changera pas la face du petit monde du tourisme, mais elle est révélatrice, sinon inquiétante, au regard de la démocratie.

Dans notre société trés organisée, pas question de déroger au code établi. Ministres, multinationales des salons et de la presse, syndicats professionnels, tous sont d'accord pour un politiquement correct bien commode puisqu'il permet de n'aborder absolument aucun problème.

Lors de l'inauguration d'Equip'Hotel, après avoir refusé l'accueil des dirigeants de Miller Freeman toujours au nom du politiquement correct, Mme Demessine, secrétaire d'Etat au Tourisme nous a laissé entendre qu'elle est une familière d'Héraclite.

Est-il irrévérencieux de lui rappeler la fameuse maxime du grand philosophe présocratique : «L'eau ne coule jamais deux fois sous le même pont...» ?

L. H.



L'HÔTELLERIE n° 2528 Hebdo 25 septembre 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration